Candidats atypiques aux Midterms (1/5) - Dennis Hof, ce proxénète qui pourrait être élu à titre posthume

International
MIDTERMS - Le candidat officiel du parti républicain à l'assemblée du Nevada est décédé le 15 octobre. Mais il pourrait tout de même être élu à titre posthume, et ce grâce au code électoral de son Etat, le Nevada.

Le code électoral américain est-il perfectible ? La question pourrait se poser le 6 novembre prochain, à l'issue des élections de mi-mandat, dans le Nevada. Cet Etat du sud-ouest pourrait en effet élire Dennis Hof, réputé pour ses maisons closes et ses passages dans une émission de téléréalité. Signe particulier : il est décédé le 15 octobre.


Dennis Hof a été retrouvé mort dans l'un de ses établissements, le "Love Ranch", situé à environ 250 km de Las Vegas. Ce décès est intervenu dans son sommeil, après avoir célébré ses 72 ans lors d'un meeting électoral, flanqué d'un acteur pornographique à la retraite et d'un célèbre représentant du lobby anti-impôts.

"Si le défunt candidat reçoit la majorité des suffrages, il est alors considéré comme élu"

Malgré ce décès, Dennis Hof conserve une chance d'être élu le 6 novembre dans ce comté rural très conservateur, où il partait favori face à son unique adversaire, la démocrate Lesia Romanov. Le code électoral du Nevada prévoit en effet que si "un candidat meurt après 17H00 le quatrième vendredi de juillet de l'année où le scrutin doit se tenir, les bulletins exprimés en faveur du défunt doivent être pris en compte pour déterminer le résultat de l'élection". "Si le défunt candidat reçoit la majorité des suffrages, il est alors considéré comme élu, et le poste auquel il a été élu est considéré comme vacant", les responsables du comté devant lui trouver un successeur dans les rangs du parti qu'il représentait, stipule la loi de l'Etat.

Il décrivait la vie de prostitués de l'une de ses maisons closes à la télévision

Avec cette élection post mortem, Dennis Hof s'offrirait un dernier coup d'éclat. En juin, le parti républicain s'était pincé le nez et avait fait savoir qu'il ne lui apportait pas son soutien, ce dont s'était félicité l'homme d'affaires anticonformiste en qualifiant les membres du Grand Old Party à l'assemblée du Nevada d'"ineptes" et "politiquement incompétents". Des "punchlines" dignes de Donald Trump, son mentor en politique : Dennis Hof a d'ailleurs publié des mémoires intitulés "The art of the pimp" ("L'art du maquereau"), allusion au best-seller "The art of the deal" ("L'art de la négociation") du président américain.  Ses détracteurs mettent en avant qu'il a été accusé - comme Donald Trump - d'agression sexuelle, même s'il n'a jamais été inculpé et nie ces allégations. 


La comparaison avec Donald Trump ne s'arrête pas là, puisque Dennis Hof avait lui aussi un sens affûté des affaires : outre sept maisons closes, légales dans cette zone à faible densité de population du Nevada, l'ex-postier avait ouvert des stations essence et des restaurants. Il avait aussi été la vedette d'une série de téléréalité sur la chaîne HBO décrivant la vie des prostituées de l'une de ses maisons de passe. 

Tout savoir sur

Tout savoir sur

La présidence Donald Trump

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter