Candidats atypiques aux Midterms (2/5)- Beto O'Rourke, l'ancien punk qui veut ravir le Texas à Ted Cruz

International
PORTRAIT - La réélection du sénateur ultra-conservateur Ted Cruz le 6 novembre prochain se révèle compliquée au Texas. En cause : la nouvelle étoile montante du parti démocrate, Beto O’Rourke.

"Ted le menteur" est devenu "Ted le magnifique". Depuis quelques semaines, Donald Trump ne cesse de faire l'éloge de son ancien rival Ted Cruz. Une volte-face guère compliquée à comprendre : le milliardaire a besoin du sénateur pour conserver la majorité républicaine au Sénat lors des Midterms. Or, Ted Cruz est face à un adversaire de taille au Texas : Beto O'Rourke. Un ancien punk qui pourrait créer la surprise dans cet Etat farouchement républicain.


Les sondeurs estiment en effet que les deux hommes sont au coude-à-coude. Un scénario improbable il y a encore quelques mois : le Texas n'a pas envoyé un démocrate au Sénat américain depuis un quart de siècle, et avait largement voté pour Donald Trump en 2016. Celui que ses partisans surnomment "Beto" parviendra–il à créer la surprise ? Le principal intéressé, lui, y croit dur comme fer. "Ça ressemble au Texas, ça ressemble à l'Amérique, ça ressemble à l'avenir, pas vrai ?" assure en meeting le candidat. Et ses supporteurs croient en sa bonne étoile : le démocrate a récolté des millions de dollars de dons pour sa campagne. Et ce, sans qu'un centime ne vienne selon lui de lobbies ou de grandes entreprises.

"Candidat le plus scruté de l'année"

Diplômé de l'université Columbia à New York, ce père de trois enfants a connu une brève carrière de rockeur dans les années 1990.

Il a ensuite fondé son entreprise d'informatique, avant de se lancer en politique. Beto O'Rourke est en effet élu de la Chambre des représentants, à Washington, depuis 2013. C'est désormais le poste de gouverneur qu'il vise avec des propositions ancrées à gauche, notamment la défense d'une couverture santé universelle ou un assouplissement de la législation encadrant la consommation de cannabis. Mais aussi l'interdiction de la vente d'armes automatiques, un sujet presque tabou au Texas, bastion de la National Rifle Association (NRA).


Pour défendre ses idées, Beto O'Rourke sillonne l'Etat depuis des mois, multipliant les meetings. Aussi à l'aise derrière son micro qu'avec une guitare, l'ancien punk a séduit des foules de plus en plus grandes grâce à sa gestuelle passionnée. Mais aussi son sens de la communication politique, lui qui se filme régulièrement en direct sur Facebook, en train de rencontrer des électeurs ou de faire du skate. Pour le Washington Post, il s'agit ni plus ni moins du "candidat le plus scruté de l'année". Et certains de ses partisans en ont déjà fait leur "sauveur" pour la présidentielle de 2020.

Accusé d'être un "poids plume" par le président américain, ce dernier a décidé de ne pas donner dans la surenchère. "Je pense que cela n'a tout simplement aucun sens de répondre", a-t-il déclaré sur ABC. "L'agressivité et les échanges d'insultes occupent malheureusement une place centrale dans le débat politique : soit vous jetez de l'huile sur le feu, soit vous restez concentré sur l'avenir".

Tout savoir sur

Tout savoir sur

Midterms, un succès pour Donald Trump ?

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter