Caravane de migrants : 98 personnes expulsées du Mexique, 42 arrestations aux Etats-Unis

International
DirectLCI
IMMIGRATION - Au lendemain d’une tentative de passage en force de la frontière entre le Mexique et les Etats-Unis, près d’une centaine de migrants ont été expulsés du Mexique, quand 42 autres ont été arrêtés aux Etats-Unis. Donald Trump a menacé de fermer la frontière de façon permanente.

Le gouvernement mexicain a annoncé lundi 26 novembre avoir expulsé 98 migrants centraméricains, pour la plupart Honduriens, arrêtés après avoir tenté de traverser la frontière avec les Etats-Unis. Côté américain, ce sont 42 personnes qui ont franchi la frontière et ont été arrêtées, a déclaré sur CNN le responsable de la police aux frontières Rodney Scott. "Pour être honnête, de nombreuses (autres) personnes ont réussi à traverser (sans se faire arrêter)", a ajouté ce dernier. 


La veille, une tentative de passage en force s’est toutefois majoritairement soldée par un échec. Dimanche, quelque 500 ressortissants de pays d'Amérique centrale, parmi lesquels des femmes et des enfants, qui participaient à une manifestation pacifique aux abords de la frontière, se sont subitement dirigés vers la barrière métallique délimitant la frontière pour tenter de passer illégalement de l'autre côté. Ils ont été repoussés par les forces de l'ordre américaines, qui ont fait usage de bombes lacrymogènes. 

Le Mexique, dans une note diplomatique, a de ce fait demandé aux Etats-Unis de "mener une enquête approfondie sur les événements au cours desquels des armes non létales américaines ont été utilisées".

"Ils n'entreront PAS"

L'incident a poussé Donald Trump à menacer de fermer de façon permanente la frontière, un axe commercial majeur : "Le Mexique devrait renvoyer les migrants, dont beaucoup sont des criminels endurcis, dans leur pays", a tweeté le président américain. 

"Que ce soit fait en avion, en car ou de n'importe quelle façon, mais ils n'entreront PAS aux Etats-Unis. Si besoin est, nous allons fermer la frontière de façon permanente. Le Congrès, financez le MUR !"

Donald Trump fait également pression sur les autorités mexicaines pour que ces migrants restent au Mexique le temps que leurs demandes d'asile soient étudiées aux Etats-Unis. Selon le Washington Post, un accord en ce sens a été trouvé entre l'équipe du nouveau président mexicain Andres Manuel Lopez Obrador - qui prendra ses fonctions le 1er décembre - et 

le gouvernement américain. La conclusion d'un tel accord avec Mexico, saluée par Trump, a été démentie côté mexicain.

En attendant, la désillusion gagne les centaines de migrants d’Amérique centrale qui tentent de rejoindre les Etats-Unis. Si certains sont déterminés à franchir la frontière, ou à défaut à rester au Mexique, d’autres ont d’ores-et-déjà fait demi-tour pour repartir chez eux.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter