Séparatisme : Emmanuel Macron se défend de toute stigmatisation de l'islam dans le "Financial Times"

Emmanuel Macron répond aux accusations d'islamophobie

SÉPARATISME - Le président Emmanuel Macron a publié ce mercredi une tribune dans le quotidien britannique où il récuse toute stigmatisation de la France contre les musulmans. Une réponse à un article paru pls tôt sur le site du journal puis retiré.

L'article publié sur le site du Financial Times a très fortement déplu au président Emmanuel Macron, et il le fait savoir. Il a fait publier, dans la soirée du 4 novembre, une tribune dans les colonnes du quotidien britannique, en réponse au texte mis en ligne ce lundi, mais retiré depuis. 

Dans ce texte, également publié sur le site de l'Elysée, il se dit "accusé de stigmatiser, à des fins électorales, les Français musulmans ; pire, d'entretenir un climat de peur et de suspicion à leur égard". Et d'ajouter : "Je ne laisserai personne affirmer que la France, son Etat, cultive le racisme vis-à-vis des musulmans". Il estime que ses propos ont été déformés alors que "la France se bat contre le séparatisme islamiste, jamais contre l'islam".

Toute l'info sur

L'assassinat de Samuel Paty, professeur d'histoire

Attentat islamiste contre Samuel Paty : suivez les dernières informations

Lire aussi

Lutter contre le fanatisme, jamais contre une religion- Emmanuel Macron

Son discours : poser clairement la différence entre islam et "séparatisme islamiste" contre lequel il entend lutter car il serait un  "terreau des vocations terroristes". Il vise ainsi "des centaines d'individus radicalisés dont on craint, à tout moment, qu'ils prennent un couteau et aillent tuer des Français". 

Emmanuel Macron a également rappelé que cet échange intervient dans un contexte endeuillé par la mort de Samuel Paty, ce professeur d'histoire de Conflans-Sainte-Honorine, décapité le 16 octobre après avoir montré des caricatures de Mahomet. "Vous ne me croyez pas ? Relisez les échanges, les appels à la haine diffusés au nom d'un islam dévoyé, sur les réseaux sociaux qui ont finalement abouti à la mort du professeur Samuel Paty il y a quelques jours. Allez visiter les quartiers où des petites filles de trois ou quatre ans portent le voile intégral" et sont "élevées dans un projet de haine des valeurs de la France", fustige-t-il.

"C'est contre cela que la France entend aujourd'hui lutter" mais "jamais contre l'islam". "Contre l'obscurantisme, le fanatisme, l'extrémisme violent. Jamais contre une religion. Nous disons : pas chez nous !" continue Emmanuel Macron. Le président termine ainsi : "C'est notre droit le plus strict de nation souveraine". Avant de finir, en s'adressant directement au Financial Times et aux médias qui lui ont reproché son attitude : "Nous n'avons pas besoin que des articles de journaux cherchent à nous diviser".

Depuis plusieurs semaines, Emmanuel Macron doit prendre la défense du modèle français de laïcité sur la scène internationale. Lors de la journée d'hommage à Samuel Paty, il avait défendu le droit de caricaturer, y compris le prophète Mahomet, au nom de la liberté d'expression. Un discours qui avait provoqué la colère d'une partie du monde musulman, où la représentation du prophète est interdite, selon certaines interprétations du Coran. Outre des manifestations d'hostilité, des appels au boycott de produits français avaient été lancés. Emmanuel Macron avait alors accordé une interview à la chaîne de télévision qatarienne Al-Jazeera dans laquelle il défendait les valeurs et libertés françaises pour lesquelles la France "ne cédera rien".

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Covid-19 : la Haute autorité de santé préconise d’élargir à 6 semaines le délai entre les 2 doses de vaccin à ARNm

EN DIRECT - Impeachment : le procès en destitution de Donald Trump commencera la 2e semaine de février

Biden à la Maison Blanche : comment il a redécoré le Bureau ovale

Comment la Chine se trouve de nouveau confrontée à l’épidémie, un an après son apparition

"On peut passer à autre chose" : greffe des bras et des épaules réussie pour Felix Gretarsson, une première mondiale

Lire et commenter