Carlos Ghosn se dit "faussement accusé" lors de sa première comparution devant un tribunal à Tokyo

International

Toute L'info sur

Carlos Ghosn : l’ex-patron de Renault rattrapé par les affaires

JAPON - Le PDG de Renault, Carlos Ghosn, s'est rendu mardi pour la première fois devant un tribunal japonais, près de deux mois après son arrestation surprise à Tokyo. Un nouvel épisode dans une saga judiciaire au retentissement mondial.

Carlos Ghosn, qui a subi une chute brutale après être devenu en deux décennies un personnage tout-puissant, est arrivé devant le tribunal japonais peu avant 3h, ce mardi matin (heure française, 10h30 heure locale). Vêtu d'un costume sombre, le magnat de l'automobile de 64 ans a semblé amaigri. Il est arrivé menotté avec une corde nouée autour de la taille. Il s'agit de sa première apparition publique depuis son arrestation surprise en novembre pour des malversations financières présumées. 

A l'ouverture de l'audience, qu'il avait lui-même réclamée, Carlos Ghosn a lu une déclaration écrite. S'exprimant en anglais, il s'est défendu d'une voie claire et forte, sans montrer d'émotion. Il explique avoir été "faussement accusé et détenu de manière injuste". Il nie avoir fait couvrir des pertes personnelles à Nissan et détaille les transactions pour lesquelles il est accusé d'abus de confiance. "J'ai agi avec honneur, légalement et avec la connaissance et l'approbation des dirigeants de la compagnie", ajoute-t-il.

Une procédure rare

Carlos Ghosn est maintenu en garde à vue depuis son arrestation à Tokyo le 19 novembre, selon son fils dans des conditions très difficiles. Pour le juge, cette détention est justifiée par le risque de fuite. La procédure est rare, seul 0,6% des détenus ont fait une telle requête l'an dernier. Cette comparution n'a quasiment aucune chance de changer le cours des choses mais la portée symbolique est forte pour Carlos Ghosn, qui a là une occasion de rompre le silence médiatique dans lequel il est muré depuis plusieurs semaines.

Lire aussi

Nissan dit avoir les preuves de fautes commises par Carlos Ghosn

Dans la foulée, Nissan a déclaré avoir des preuves de fautes commises par Carlos Ghosn. Le constructeur automobile japonais a déclaré mardi qu'une enquête interne avait permis de mettre au jour des preuves substantielles et convaincantes de fautes commises par son ancien président.

Les malversations financières imputées à Carlos Ghosn avaient été révélées par un lanceur d'alerte, poussant Nissan à ouvrir une enquête interne et à en informer la justice. Hiroto Saikawa, directeur général de Nissan, a déclaré en novembre dernier, après l'arrestation de Carlos Ghosn, que le groupe avait découvert que Ghosn avait utilisé de l'argent de l'entreprise à des fins personnelles et qu'il avait minimisé sa rémunération pendant plusieurs années.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter