Le tribunal de Tokyo confirme la remise en liberté sous caution de Carlos Ghosn qui se dit "innocent"

International
BIENTÔT LIBRE ? - Le tribunal de Tokyo, au Japon, a accepté la remise en liberté sous caution de l'ex-dirigeant de Renault et de Nissan. Le montant a été fixé à 1 milliard de yens, soit 8 millions d'euros. Le parquet, qui avait rapidement fait appel de la décision, a vu sa demande rejetée. Carlos Ghosn s'est dit "innocent" et "résolument déterminé" à se "défendre vigoureusement"

Le tribunal de Tokyo a accepté mardi la mise en liberté sous caution de l'ancien PDG des constructeurs automobiles Nissan et Renault Carlos Ghosn, ont annoncé plusieurs grands médias japonais. Le montant de la caution est fixé à 1 milliard de yens, soit 8 millions d'euros. Pour rappel, cela fait 100 jours qu'il se trouve dans le centre de détention de Kosuge, au nord de Tokyo.


Le tribunal a estimé que le risque de fuite ou d'altération de preuves était faible. Cette décision intervient en réponse à une troisième demande de mise en liberté sous caution, les deux premières ayant été rejetées. Elle intervient en outre au lendemain d'une conférence de presse du nouveau principal avocat de Carlos Ghosn, Junichiro Hironaka, surnommé "l'innocenteur" pour avoir obtenu nombre d'acquittements d'inculpés de haute volée. Il avait présenté sa requête comme "convaincante", précisant qu'il proposait que Carlos Ghosn soit placé sous la surveillance de caméras et dispose de moyens limités de communication vers l'extérieur.

Je suis infiniment reconnaissant envers ma famille et mes amis qui m'ont soutenu tout au long de cette terrible épreuveCarlos Ghosn, après la confirmation de sa libération sous caution

Alors que le parquet avait rapidement fait appel de la décision, le tribunal de Tokyo l'a rejeté, confirmant l'approbation de libération sous caution de du patron déchu, qui devrait pouvoir sortir de prison dès mercredi. S'exprimant à l'issue de cette annonce, Carlos Ghosn s'est dit "innocent" et "résolument déterminé" à se "défendre vigoureusement". "Je suis infiniment reconnaissant envers ma famille et mes amis qui m'ont soutenu tout au long de cette terrible épreuve", a-t-il déclaré dans un communiqué diffusé par son agence de communication à Paris.

Sur LCI, l'avocat de la famille de Carlos Ghosn François Zimeray s'est réjoui de la décision du tribunal de Tokyo. "C'est évidemment une bonne surprise, une bonne nouvelle ce matin", a-t-il réagi, évoquant "une détention qui était absolument cruelle et brutale". Il a ajouté que "cette décision était espérée parce qu'il ne faut jamais désespérer".


"Nissan ne joue aucun rôle dans les décisions prises par les tribunaux ou  les procureurs et n'est donc pas en position de commenter", a réagi le constructeur japonais dans un message transmis aux médias. "Les investigations menées en interne chez Nissan ont montré des conduites manifestement contraires à l'éthique (...) et d'autres faits continuent d'émerger", a ajouté le groupe dans lequel était arrivé Carlos Ghosn en 1999 pour le sauver de la faillite.


Carlos Ghosn fait l'objet de trois inculpations pour abus de confiance et minoration de revenus auprès des autorités boursière. L'ancien PDG du groupe Renault assure avoir fait l'objet "d'un complot et d'une trahison". Il avait promis de rester au Japon s’il était relâché, dans l’espoir d’obtenir une libération sous caution.

Tout savoir sur

Tout savoir sur

Carlos Ghosn : l’ex-patron de Renault rattrapé par les affaires

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter