CARTE INTERACTIVE - Quelles sont les dix centrales nucléaires les plus à risque dans le monde ?

CARTE INTERACTIVE - Quelles sont les dix centrales nucléaires les plus à risque dans le monde ?
International
DirectLCI
30 APRES TCHERNOBYL – Le 26 avril 1986, l’explosion du réacteur n°4 de la centrale de Tchernobyl provoquait la plus importante catastrophe du nucléaire civil du XXème siècle. Trente ans après, le risque qu’une telle catastrophe nucléaire se reproduise n’est exclu "nulle part dans le monde", notamment par les autorités du nucléaire français. Tour d’horizon des dix centrales qui posent problème à l’étranger.

Le président de l'Autorité de sûreté nucléaire (ASN) Pierre Franck Chevet, récemment interrogé par metronews, est catégorique : "Un accident majeur ne peut pas être exclu aussi bien au Japon qu’en Europe". Depuis les catastrophes nucléaires de Tchernobyl, le 26 avril 1986, et de Fukushima en mars 2011, les risques liés à la production nucléaire ont beau avoir poussé les autorités nucléaires à réviser les normes de sûreté pour prévenir tout accident, certaines centrales de part le monde suscitent toujours l'inquiétude soit des autorités, soit des opposants au nucléaire. La carte interactive que nous avons réalisée en recense ainsi une dizaine jugées comme les plus dangereuses sur la planète (pour la France, metronews dresse la liste  des problèmes de sûreté par ici)  :

Arménie, Etats-Unis, Japon, Belgique... 

Plusieurs facteurs de risque peuvent être pris en compte pour évaluer la sûreté des 438 réacteurs de part le monde : le vieillissement, l'erreur humaine, le risque sismique, les aléas environnementaux (tornades et inondations), ou encore les failles dans la sécurité extérieure, etc. Mais il n'existe aucune liste noire officielle des centrales nucléaires les plus dangereuses : l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA) n’en a pas le mandat. Cependant, que ce soit aux Etats-Unis, au Japon ou en Belgique, la presse parle régulièrement d'installations dangereuses, permettant ainsi de les recenser.

"Ce n'est pas compliqué : on a sept réacteurs et autant de problèmes que de réacteurs", souligne Jean-Marc Nollet, député écologiste fédéral belge, lorsqu'on l'interroge sur la sûreté des deux centrales belges que le Luxembourg, l'Allemagne et les Pays-Bas appellent à fermer en partie . "Le risque est réel, mais il est tout aussi présent ailleurs", conclut-il. Récemment, la seule centrale en activité au Japon - celle de Sendai -, à Kyushu, l'île frappée par un séisme à la mi-avril, a ravivé les inquiétudes des japonais, rapporte Libération , cinq ans après Fukushima. Mais comme le montre notre carte interactive, c'est loin d'être la seule.

A LIRE AUSSI 
>> 
Réacteurs vieillissants, terrorisme... La France risque-t-elle la catastrophe nucléaire ?
>> 
Vrai ou faux ? Cinq mythes et réalités sur l’énergie nucléaire
>>  30 ans de Tchernobyl : comment a-t-on pu affirmer que le nuage radioactif ne passerait pas la frontière ?

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter