CARTE - Les niveaux (très) disparates du salaire minimum en Europe

International
DirectLCI
COMPARATIF – Alors que le débat sur la hausse du Smic agite la France depuis la promesse d'Emmanuel Macron d'augmenter de 100 euros la prime d'activité, l'Espagne a annoncé mercredi une augmentation de 22% du salaire minimum. LCI fait le point, carte à l’appui, sur les niveaux des rémunérations minimales des pays européens.

Les smicards espagnols vont peut-être retrouver le sourire. Et pour cause : mercredi, le chef du gouvernement, Pedro Sanchez, a annoncé qu'il augmenterait par décret le salaire minimum - l'un des plus faibles en Europe occidentale - de 22% lors du Conseil des ministres du 21 décembre prochain, le faisant passer de 858 euros à 1050 euros brut. 


Une nouvelle qui résonne forcément en France, où la question des "petits" revenus revient avec insistance depuis le début du mouvement des Gilets jaunes. Face à la crise, Emmanuel Macron a d'ailleurs promis d'accélérer la hausse de la prime d'activité, qui sera relevée de 100 euros par mois dès 2019.

Ces deux sujets d'actualité poussent en tout cas à s'interroger sur les niveaux des rémunérations minimales en Europe, où la différence peut - en valeur brute - aller du simple au décuple, voire plus. Si l'on compare les salaires minimums de l’Albanie (190 euros) et du Luxembourg (1998 euros), qui constituent les deux extrêmes des dernières données d’Eurostat - 1er juillet 2018 - sur le sujet, il n’est pas difficile de percevoir les énormes disparités économiques demeurant encore aujourd’hui sur le Vieux continent (voir la carte ci-dessous). 


Un constat de déséquilibre qui s’applique également à l’Union européenne, avec la Bulgarie (260 euros) comme lanterne rouge, ou même à la zone euro, avec la Lettonie (430 euros) ou la Lituanie (400 euros). 

Seuls sept des 37 pays mesurés par l’Office européen des statistiques (Etats-Unis exclus) dépassent ainsi la barre symbolique des 1000 euros bruts : le Royaume-Uni (1463 euros), la France (1498 euros), l’Allemagne (1498 euros), la Belgique (1562 euros), les Pays-Bas (1594 euros), l’Irlande (1563 euros) et, donc, le Luxembourg. Ils seront prochainement rejoints par l'Espagne (1050 euros). 


À l’inverse, dix des pays analysés ne disposent pas de salaire minimum légal à proprement parler : l’Autriche, Chypre, le Danemark, la Finlande, l’Islande, l’Italie, la Norvège, la Suède et la Suisse. 

L'importance du pouvoir d'achat

Reste que les différences se nivellent quelque peu lorsque le pouvoir d'achat - exprimé en standards de pouvoirs d'achat (SPA) - est pris en compte (voir le graphique ci-dessous). Si le Luxembourg reste en tête malgré une baisse substantielle du niveau réel de salaire, qui passe de 1998 à 1574 euros, et l'Albanie à la dernière place, malgré, là, une hausse de 190 à 342 euros (+80%), l'écart varie cette-fois "seulement" du simple au quintuple. 


Autre exemple : en Slovénie, les 842 euros de salaire minimum brut représentent en fait 987 euros une fois intégrée la notion de pouvoir d’achat. 

Pour ce qui est de la France (1498 euros en valeur réelle, 1419 en tenant compte du pouvoir d'achat), elle se retrouve à la cinquième place dans les deux cas de figure. Devancée par le Luxembourg, l'Irlande (en valeur brute seulement), les Pays-Bas, la Belgique et l'Allemagne (avec les standards de pouvoir d'achat seulement).

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter