Catalogne : investiture ajournée, Puigdemont introuvable... même dans les égoûts de Barcelone

SÉCESSION - Le président du parlement catalan a décidé d'ajourner ce mardi la session d'investiture du chef de file indépendantiste Carles Puigdemont à la présidence de la Catalogne. Celui-ci, en théorie à Bruxelles, demeure introuvable.

Viendra, viendra pas ? Le parlement catalan devait investir ce mardi à sa présidence Carles Puigdemont. Problème, le séparatiste, exilé à Bruxelles depuis plusieurs semaines, est introuvable. Il laisse même planer le doute sur sa présence à Barcelone. Un éventuel retour inconcevable pour le gouvernement : celui-ci a multiplié les menaces judiciaires, faisant plier le parlement qui a annoncé en milieu de matinée l'ajournement de la session.


Une session à laquelle Carles Puigdemont se serait invité discrètement. C'est en tout cas l'avis de ses partisans. Ces dernières heures, la rumeur d'un retour du président déchu bruissait dans Barcelone. Ce mardi après-midi, à l'heure où le parlement était censé se réunir, ils étaient invités à arborer des masques à l'effigie de leur chef de file, de sorte que des centaines, voire des milliers de "Puigdemont", défilent dans la ville.

"Nous allons veiller à ce qu’il ne puisse pas passer la frontière"

Le vrai Puigdemont, lui, était attendu pour une apparition surprise devant les élus, au risque d'être arrêté pour "rébellion" après trois mois d'exil volontaire en Belgique. Pour éviter une telle tribune, les autorités avaient pris les devants ces derniers jours : "Nous allons veiller à ce qu’il ne puisse pas passer la frontière sans être arrêté, que ce soit par hélicoptère, en bateau ou dans le coffre d’une voiture", avait prévenu la semaine dernière le ministre de l’Intérieur espagnol Juan Ignacio Zoido.


Les forces de l'ordre ont poussé leurs recherches encore plus loin ces derniers jours : à Barcelone, des policiers exploraient les bouches d’égout autour du parlement, à la recherche d’une hypothétique cachette, selon Ouest France. "D’autres surveillent l’entrée du zoo, à quelques dizaines de mètres de l’hémicycle. Et près de la frontière française, aérodromes et associations de parachutisme ont dû livrer leurs registres", rapporte le quotidien. Le principal intéressé a lui-même entretenu le doute : sur son compte Instagram, il a publié lundi après-midi une photo… d'une avenue de Barcelone. 

Pour l'instant, aucune date pour une nouvelle séance d'investiture n'a été donnée.

Tout savoir sur

Tout savoir sur

Indépendance de la Catalogne : la crise sans fin avec Madrid

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter