Rétrogradé en catégorie 2, où et quand va frapper l’ouragan Florence ?

DirectLCI
RÉCAP' - La côte est américaine fait face à l'une des plus importantes alertes cycloniques de ces dernières années : Florence, un ouragan potentiellement dévastateur, est attendu avec des vents extrêmement violents et des pluies diluviennes. Annoncé pour jeudi matin, il devrait finalement toucher les côtes dans la nuit de jeudi à vendredi.

Les alertes s’enchaînent. Tout comme les ordres d’évacuation. Alors que l’ouragan Florence, actuellement au-dessus de l'océan Atlantique, continue de s'approcher des côtes américaines, LCI fait le point sur la situation. Ce jeudi , l'ouragan Florence a été rétrogradé mercredi d'un cran en une tempête catégorie 2, a annoncé l'institut américain de surveillance, qui a souligné que les intempéries devraient faire de gros dégâts.

Où en est Florence ?

Ce sont trois Etats, ceux de Virginie, Caroline du Nord et Caroline du Sud qui sont les plus menacés par l’arrivée de l’ouragan Florence. Les autorités sont en alerte depuis le week-end.

Classé depuis lundi en catégorie 4 sur l'échelle de Saffir-Simpson qui en compte 5, avec des vents atteignant 215 km/h, l'ouragan Florence a été rétrogradé en catégorie 2 jeudi, même s'il reste potentiellement dévastateur. L’ouragan progresse vers l'Ouest et le Nord-Ouest à une vitesse de 26 km/h. Il devrait atteindre jeudi soir (vendredi matin en France) les côtes américaines. "Il est prévu que Florence se renforce encore et qu'il soit jusqu'à jeudi un ouragan majeur extrêmement dangereux", a indiqué le Centre national des ouragans (NHC).

Voici , dans cette carte, l'actualisation de la trajectoire prévue de l'ouragan. (Heures américaines).

A quoi s’attendre ?

Pour la Virginie, qui jouxte la capitale fédérale Washington, cet ouragan pourrait être l'ouragan le plus important à le frapper "depuis des décennies". 


La principale crainte des autorités, après les pluies et les vents violents et destructeurs, ce sont les inondations, qui provoquent en fait la majorité des décès. En effet, l’ouragan devrait non seulement apporter de dangereuses montées d'eaux par les orages mais aussi d'importantes chutes de pluie, sur la côte et à l'intérieur des terres, estime le NHC. Ces précipitations pourraient provoquer des crues soudaines alors que les sols sont déjà gorgés d'eau après plusieurs jours de pluie. Les autorités annoncent des inondations majeures, de l'ordre de 35 à 50 cm, à l'intérieur des terres jusqu'en début de semaine prochaine.


L'Agence fédérale de gestion des situations d'urgence (Fema) estime que Florence "va causer une hausse du niveau de la mer potentiellement mortelle, des inondations à l'intérieur des terres et des vents destructeurs dans les (deux Etats de) Caroline et la Virginie". Mais de son côté, le service national de météorologie (NWS) appelle les habitants "à ne pas se focaliser sur la prévision de trajectoire" : "Des effets importants vont être ressentis au-delà du cône, et arriveront sur les côtes bien avant l’œil de l'ouragan".

Y a-t-il des sites sensibles sur la trajectoire ?

Si sa trajectoire est encore incertaine, l'ouragan Florence menace de frapper des zones touristiques de la côte est des Etats-Unis. Parmi les zones sensibles ou précieuses, la ville de Charleston, véritable joyau colonial, fondé au 17e, qui s’élève sur une péninsule bordée de plusieurs rivières. D’habitude, les habitants attendent les ouragans avec des "fêtes-tempêtes". Mais cette fois, la force de l'ouragan  menace de frapper ses bâtisses coloniales, rues pavées et dizaines de bars qui attirent des millions de touristes. Un plan d'évacuation a été déclenché.


Autres sites d'importance sur le trajet de Florence, les Outer Banks, un fragile archipel deplus de 300 km entre l'Atlantique et la côte de Caroline du Nord, ou encore les longues plages de Myrtle Beach et Virginia Beach, des grandes étendues de sable fin flanquées de milliers de grands hôtels, restaurants et promenades, particulièrement vulnérables.


Enfin, la capitale fédérale américaine Washington, et ses nombreux monuments, pourrait elle aussi être touchée. La maire de la ville fondée sur un marais a déclaré mardi l'état d'urgence (tout comme la Caroline du Sud, la Caroline du Nord, la Virginie, le Maryland et la Géorgie) afin de mobiliser plus de moyens pour les préparatifs. Déjà arrosée par des pluies conséquentes depuis plusieurs jours, la région pourrait souffrir face aux inondations. Dans la ville historique voisine d'Alexandria, en Virginie, les autorités distribuent des sacs de sable alors que des tronçons de rues du centre sont déjà sous les eaux. 

Comment les populations s'organisent ?

Les ordres d’évacuation se succèdent. La Carolines du sud l’a fait lundi pour les habitants d'une bande littorale de 320 kilomètres de longueur. Les autorités de Caroline du Nord l’ont également ordonné pour l'île de Hatteras et dans la région côtière touristique des Outer Banks.


De longues files de voitures se sont ainsi formées mardi sur les routes du littoral de l'est des Etats-Unis où la population fuyait vers l'intérieur des terres. Dans le cadre de ces opérations d'évacuation, plusieurs autoroutes de Caroline du Nord et de Caroline du Sud ont été mises à sens unique, pour que personne ne vienne par les grandes routes. Les évacuations concernent plus d'un million et demi de personnes.

Les supermarchés ont souvent été pris d'assaut par la population qui faisait le plein d'eau, de nourriture et de produits de première nécessité. De nombreux habitants ont également calfeutré portes et fenêtres de leur logement en prévision des vents violents.

A Charleston, où le plan d’évacuation a été déclenché, "toute personne est conviée à quitter son domicile et de prendre les routes asservies à l’évacuation", confie à LCI un habitant sur place. Les écoles, les bureaux d’états et de la ville sont fermés et ce jusqu’à l’annonce officielle de la réouverture des routes, qui pourra prendre des semaines s’il y a de gros dégâts. 


Reste qu'il n'est pas obligatoire de partir. "Les services de secours ne viendront que s’ils peuvent se déplacer. Donc rester, c'est un peu 'À vos risques et périls'", indique cet habitant, qui comme d’autres, a choisi de ne pas quitter son domicile pour l’instant. "L’ouragan ne fera pas autant de dégâts que sur la Caroline du Nord qui va le prendre de plein fouet", assure-t-il, ayant écouté la météo nationale. 

Tout peut changer en 24 heures !Un habitant de Charleston (Caroline du Sud) à LCI

"Pour l’instant la plupart des habitants de Charleston attendent un peu pour se décider à partir et restent à l’écoute des radios officielles. Charleston est sensé avoir à cette heure l’équivalent d'une petite tempête et des montées d’eau jeudi et vendredi. Donc nous sommes aux aguets et prêts à prendre la route si Florence change de route. Car tout peut changer en 24 heures !"

Et après Florence ?

Deux autres dépressions suivent Florence dans l'Atlantique. Helene, un ouragan de catégorie 2 dont les vents atteignaient 175 km/h, a pris une trajectoire nord-ouest et devrait perdre progressivement en vigueur au milieu de l'océan.  Avec des vents de 110 km/h, la tempête tropicale Isaac prend pour sa part la direction des Petites Antilles, qui se remettent encore du passage de Maria.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter