Ce que l'on sait de la fusillade antisémite dans une synagogue de San Diego

International
FUSILLADE - Un homme a ouvert le feu, samedi 27 avril, dans une synagogue de la région de San Diego, dans le sud de la Californie. Le dernier bilan fait état d'un mort et de trois blessés.

Samedi 27 avril, au dernier jour des festivités de la Pâque juive, un homme est entré dans une synagogue de Poway, dans le comté de San Diego et a ouvert le feu à six ou sept reprises sur la centaine de fidèles présents. La police locale a par ailleurs précisé que l'arme - un fusil d'assaut AR-15, utilisé dans de nombreuses fusillades aux Etats-Unis ces dernières années - s'était enrayée, permettant d'éviter un plus grand massacre et provoquant la fuite de l'assaillant. Un garde-frontière de repos, qui se trouvait sur place, a tiré sur le  suspect au moment où il s'enfuyait et il a atteint sa voiture. Ce dernier a ensuite  été rattrapé, interpellé et conduit au commissariat de San Diego où il a été placé en détention "sans autre incident".


Le dernier bilan fait état d'un mort et de trois blessés. Une femme de 60 ans a succombé à ses blessures. Les personnes blessés sont une petite fille de 8 ans, son oncle, âgé de 34 ans, ainsi que le rabbin, touché à la main. Leurs  jours ne sont pas en danger.

Ce que l'on sait de l'assaillant

L'auteur de l'attaque, John T. Earnest, est un jeune homme de 19 ans habitant San Diego, sans antécédents judiciaires. D'après les autorités, il avait annoncé publiquement sur internet son intention de tuer des juifs. "Nous avons des copies de ses publications sur les réseaux sociaux et de sa  lettre ouverte, et nous les examinerons pour déterminer leur authenticité et  savoir ce que cela apporte à l'enquête", a précisé le shérif du comté de San Diego, Bill Gore. Le texte en question revendique comme inspiration celui écrit par Brenton Tarrant, cet Australien suprémaciste blanc qui a tué 50 personnes dans l'attaque de mosquées le 15 mars à Christchurch, en Nouvelle-Zélande. John T. Earnest aurait aussi revendiqué un incendie volontaire contre une mosquée de Californie, une semaine après les attaques de Christchurch.

"Un crime motivé par la haine"

Le maire de Poway a rendu hommage "aux membres de la congrégation qui se sont opposés au tireur et qui ont évité ainsi un incident beaucoup plus horrible". Donald Trump a lui présenté ses "plus sincères condoléances". "A ce stade il semble qu'il s'agisse d'un crime motivé par la haine, mais j'adresse mes plus sincères condoléances à tous ceux qui sont touchés et nous tirerons cette affaire au clair", a-t-il déclaré depuis la Maison Blanche. "Nous condamnons avec force les maux de l'antisémitisme et de la haine, qui doivent être vaincus", a complété le président américain lors d'une réunion publique à Green Bay (Wisconsin).


A l'étranger, l'émotion est vive à Israël, où le Premier ministre, Benjamin Netanyahou a dénoncé "une attaque qui touche le coeur du peuple juif". De son côté, le président de l'Etat hébreu, Reuven Rivlin, évoque un "douloureux rappel que l'antisémitisme et la haine des juifs sont toujours présents, partout". "Ce n'est que par l'éducation pour la mémoire de la Shoah et l'enseignement de la tolérance que nous pourrons faire face à ce fléau", a-t-il affirmé dans un communiqué.


Ce drame intervient six mois, jours pour jours, après l'attentat antisémite qui avait eu lieu à Pittsburgh en Pennsylvanie, et qui avait fait onze morts. Il s'agissait de l'attaque la plus meurtrière contre la communauté juive jamais commise aux Etats-Unis.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter