Censure d'une photo historique en Norvège : Facebook fait volte-face

DirectLCI
NUDITÉ - Le réseau social avait supprimé du compte de la Première ministre norvégienne la célèbre photo d'une petite fille vietnamienne nue et brûlée, invoquant ses règles strictes sur la nudité.

Face au tollé, Facebook a plié. Le réseau social est revenu sur sa décision de censurer une publication de la Première ministre norvégienne, qui avait partagé vendredi la photo d’une petite Vietnamienne nue et brûlée au napalm. Il a rétabli samedi la publication sur le compte de l'élue.


Le post d’Erna Solberg visait justement à protester contre la censure frappant ce célèbre cliché, alors qu’un écrivain norvégien a vu la même photo être retirée de son compte il y a deux semaines. Facebook l’avait supprimée au motif que la photo violait ses régles sur la nudité. 

Lire aussi

Dans la foulée de cette censure vendredi, la Première ministre norvégienne a partagé sur son compte Facebook la même photo, en prenant soin de cacher la nudité de la petite fille par un bandeau noir. "Je veux que mes enfants et les autres enfants grandissent dans une société où l'Histoire est enseignée telle qu'elle est", a-t-elle dénoncé.

Des règles strictes sur la nudité

Face à l'indignation des internautes norvégiens provoquée par cette censure, Facebook a finalement fait volte-face et invoqué le "statut emblématique" du cliché, récompensé par un prix Pulitzer. Les deux statuts effacés, de la Première ministre et de l'écrivain, ont ainsi été rétablis samedi. 


Facebook bannit la nudité de son site, sauf exceptions comme l'allaitement, les oeuvres d'art,  les "fins éducatives, humoristiques ou satiriques". Pourtant, la censure a également concerné des oeuvres d’art : le réseau social doit passer devant la justice française, accusé par un utilisateur d’avoir censuré une photo du tableau de Gustave Courbet L’origine du monde, montrant un sexe féminin. 

Lire aussi

En vidéo

Après avoir censuré "L'Origine du monde", Facebook pourra être jugé par la justice française

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter