Centrale de Taishan : l’histoire mouvementée de l’EPR, fleuron du nucléaire français

La centrale nucléaire de Taishan, en Chine, le 8 décembre 2013.

COMPLIQUÉ - De contretemps en surcoûts, les projets d’implantation de cette technologie originellement développée par Areva et Siemens ont connu de nombreux soubresauts à travers les années.

Ce lundi 14 juin, la centrale nucléaire de Taishan était officiellement sous surveillance pour un problème d’étanchéité au cœur d’un réacteur – bien que les rejets de gaz dans l’air soient restés dans les limites autorisées, selon l’opérateur local et EDF. Le site du sud de la Chine étant le tout premier EPR au monde mis en fonctionnement, cet événement constitue le dernier épisode en date dans l’histoire du modèle français, déjà marquée par des déboires multiples.

L’"European Pressurized Water Reactor" a été co-développé par les groupes français Areva et allemand Siemens au sein d’une filiale alors commune. L’EPR est conçu pour fonctionner pendant 60 ans, à partir de la technologie des réacteurs à eau sous pression. Ses atouts attendus sont une puissance très élevée (1.650 mégawatts) et des caractéristiques censées assurer une sûreté accrue : multiplication des systèmes de sauvegarde pour refroidir le cœur du réacteur, coque de protection en béton et acier, récupérateur de corium.

Premiers chantiers retardés

Depuis son lancement en 1992, l’EPR a fait l’objet de commandes en France et à l'étranger. Le premier chantier a ainsi été lancé en 2005 à Olkiluoto, en Finlande, pour le compte de l’électricien TVO. Prévu pour être achevé en 2009 mais accumulant retards et dépassements budgétaires, le projet n’a toujours pas fait l’objet d’une mise en service. Le groupe EDF, qui pris le contrôle de l’activité lors d’une réorganisation de la filière opérée par l'État, la prévoit désormais pour février 2022. 

Le second EPR est en travaux depuis 2007 à Flamanville, dans la Manche. Cette fois, des anomalies découvertes sur la composition de l'acier de certaines parties de la cuve sont notamment en cause. L'Autorité de sûreté nucléaire française (ASN) a ainsi exigé que le couvercle soit remplacé avant la fin 2024. Le groupe vise maintenant un chargement de combustible à la fin de l'année 2022, objectif qualifié par l'ASN de "très serré" alors qu'EDF a été confronté à des problèmes de soudure et, plus récemment, sur des piquages du circuit primaire principal. 

Surcoût en Angleterre

Bien que le chantier n’ait été lancé qu’en 2009, c’est donc l’EPR Taishan 1 qui a été le premier à entrer en service, en décembre 2018. Un projet de deux réacteurs à Hinkley Point en Angleterre est lui aussi en cours mais fait l’objet d’un retard d’environ six mois avec une mise en service prévue en juin 2026. Un nouveau "risque" de délai sur les deux réacteurs, de 15 et 9 mois supplémentaires, persiste aujourd’hui, ce qui engendrerait encore un surcoût.

Lire aussi

Malgré ces nombreuses difficultés, EDF maintient l’ambition de nouvelles ventes à l’étranger, en raison notamment de la volonté de certains pays de réduire la part du charbon dans leur production. En avril, le groupe a présenté une offre de six réacteurs pour la future centrale indienne de Jaitapur. Des discussions sont aussi en cours avec la Pologne ou la République Tchèque, tandis qu’une nouvelle version de l’EPR est actuellement en développement. 

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Covid-19 : le nombre de patients hospitalisés repasse au-dessus de la barre des 7000

Renvoi du Premier ministre, accusation de "coup d'État", manifestations... Que se passe-t-il en Tunisie ?

EN DIRECT - Covid-19 en France : le nombre de contaminations près de 50% plus haut que mardi dernier

Le tableau des médailles des JO de Tokyo : la France 9e, le Japon en tête

Non, Sanofi n'a pas reconnu que l'ARN messager "n'a pas fait ses preuves"

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.