"Cette femme est vraiment moche": Brigitte Macron insultée par un ministre brésilien et défendue par toute la classe politique

International

MACHISME – Brigitte Macron est à nouveau la cible de railleries de la part du gouvernement brésilien. Celui qui est chargé de l’économie a décrit la Première dame comme une femme "vraiment moche", alors qu’il était en séminaire ce jeudi.

C’est à qui fera la sortie la plus sexiste. Après le commentaire – plus que déplacé – du président brésilien Jair Bolsonaro sur le physique de Brigitte Macron, c’est au tour de son ministre de l’Économie de se permettre une remarque désobligeante ce jeudi 5 septembre. 

Lire aussi

Jair Bolsonaro a "dit la vérité"

Paulo Guedes, un poids lourd du gouvernement ultra-libéral et climato-sceptique, participait à un débat avec des hommes d'affaires dans le nord-est du pays lorsque, sans raison apparente, il est revenu sur les propos du président brésilien sur Brigitte Macron. "Le président l'a dit, et c'est la vérité. Cette femme est vraiment moche", a ainsi lancé l’homme de 70 ans. Lunettes enfoncées et crâne dégarni, il est salué par des rires et un tonnerre d’applaudissements. Après un temps de pause, celui qui est sous le coup d’une enquête préliminaire pour fraude présumée dans son pays a surenchéri avec une blague machiste : "Il n'y a pas de femme moche, seulement de femme regardée sous le mauvais angle".

Des propos que son service de presse a immédiatement cherché à rattraper. Et ce par moyen de communiqué, dans lequel le ministre "présente ses excuses" pour ce qui est décrit comme une "plaisanterie". "L'intention du ministre était d'illustrer le fait que les questions pertinentes et urgentes pour le pays n'ont pas la place qu'elles devraient avoir dans le débat public. Il n'y avait aucune intention de proférer des offenses personnelles."

#DesculpaBrigitte

Le samedi 24 août, Jair Bolsonaro avait était particulièrement moqueur vis-à-vis de l’épouse d’Emmanuel Macron, et même "extraordinairement irrespectueux" selon le chef de l'Etat français. Le sexisme du président brésilien avait poussé les citoyens à réagir. Sur les réseaux sociaux, le hashtag #ExcuseznousBrigitte (#DesculpaBrigitte pour les lusophones) était né. 

Un message de soutien évidemment repris en France. Notamment par Valérie Pécresse qui lance le hastag #Vergonha ("honte" en portugais). La présidente LR de la région Île-de-France a écrit un tweet, épinglé, décrivant une "bande de soudards grotesques". "C’est quoi leur problème au gouvernement Brésilien?" lance-t-elle, avant d'estimer que, lorsque ces hommes insultent Brigitte Macron, ce sont "toutes les femmes françaises qui se sentent insultées". 

Jean-Luc Mélenchon, actuellement au Brésil où il a rencontré l'ex président Lula en prison, a également apporté son soutien à la Première dame. "Madame, les brésiliens que j'ai rencontrés sont outrés par la grossièreté de leurs dirigeants à votre égard. Moi de même. Ceux qui vous insultent sont ceux qui emprisonnent Lula innocent. Sentez vous forte de notre dégoût pour de telles brutes.", a tweeté le député de la France Insoumise.

A son tour, un autre opposant notoire à Emmanuel Macron, le député souverainiste Nicolas Dupont-Aignan, a jugé "indigne" et "inadmissible" le "comportement des dirigeants brésiliens". Il a été suivi par le président des Patriotes Florian Philippot, qui n'a vu que de la "bassesse" dans les déclarations du ministre.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter