Charia à Brunei : des célébrités appellent au boycott

Charia à Brunei : des célébrités appellent au boycott

DirectLCI
DROITS DE L'HOMME - Brunei, un petit sultanat richissime situé sur l’île de Bornéo, a annoncé la semaine dernière l'entrée en vigueur graduelle de la charia. Celle-ci prévoit notamment la lapidation pour sodomie ou adultère. Des personnalités ont décidé de monter au créneau.

Des stars contre un sultan. Le patron de Virgin, Richard Branson, le comédien britannique, Stephen Fry, l'animatrice de télévision américaine, Ellen DeGeneres, ou encore les designers Brian Atwood et Peter Som, ont décidé de boycotter les hôtels appartenant au puissant sultan de Brunei, Hassanal Bolkiah. Ils lui reprochent d'avoir instauré la charia en son royaume, situé sur l'île de Bornéo.

"Aucun employé de Virgin, ni nos familles, ne séjourneront dans les hôtels Dorchester, tant que le sultan ne respectera pas les droits de l'Homme", a tweeté Richard Branson , relayant l'inquiétude des Nations unies et de l'ONG Human Rights Watch, qui dénoncent la mise en place de "châtiments moyenâgeux". A mesure de son entrée en vigueur, la nouvelle législation prévoit en effet des peines d'un autre temps : amputation de membres pour les voleurs, flagellation pour la consommation d'alcool et l'avortement, lapidation pour sodomie ou adultère.

Pression symbolique

Si l'islam est la religion officielle à Brunei - deux tiers des habitants sont musulmans - il s'agit du premier Etat de l'Asie du Sud-Est à aller aussi loin. En Indonésie, pays musulman le plus peuplé du monde, seule la province autonome d'Aceh, sur l'île de Sumatra, a introduit la loi islamique.

Le boycott, qui ne devrait pas influer sur la fortune colossale de Hassanal Bolkiah, estimée il y a trois ans à plus de 20 milliards de dollars par le magazine Forbes, pourrait néanmoins entacher l'image de marque de sa chaîne Dorchester Collection, qui comprend les très chics Dorchester de Londres et Beverly Hills Hotel de Los Angeles. Sur place, les décisions du monarque absolu de 67 ans sont incontestées par ses 400.000 sujets bénéficiant d'un des niveaux de vie par habitant les plus élevés de la région (après Singapour), grâce à ses ressources pétrolières. Les voix qui s'étaient élevées à l'intérieur du pays via les réseaux sociaux, après l'annonce du projet de réforme en octobre, se sont mystérieusement tues.

Plus d'articles