Chasse aux dauphins au Japon : l'ancien-dresseur de "Flipper" interpellé

International

JAPON - Richard O'Barry, militant américain activement engagé pour la protection des dauphins, a été interpellé mardi à l'ouverture de la chasse aux cétacés, moment de vives tensions entre locaux et défenseurs des animaux.

Avec le coup d'envoi officiel de la chasse aux dauphins, les tensions entre locaux et défenseurs des animaux redémarrent au Japon. Un militant américain, activement engagé pour la protection des cétacés, Richard O'Barry, ancien dresseur de "Flipper", a été interpellé près du port japonais de Taiji (sud-ouest). "Nous avons reçu des informations selon lesquelles il conduisait en état d'ivresse, donc des policiers sont partis à sa recherche pour contrôler son alcoolémie", a ainsi indiqué un porte-parole des forces de l'ordre. Problème : le militant, au final, n'avait pas un taux d'alcool élevé dans le sang.

Qu'importe, les autorités japonaises ont trouvé une parade pour coincer l'une des figures de la cause animale : "il ne portait pas sur lui son passeport, ce qui a conduit les policiers à le placer en garde à vue pour une durée de 48 heures maximum". Richard O'Barry devra vraisemblablement payer une amende pouvant aller jusqu'à 100.000 yens (soit 735 euros). Richard O'Barry, 75 ans, ancien dresseur rendu célèbre par son rôle dans la série télévisée "Flipper" dans les années 1960, est une figure centrale du documentaire "The Cove" (La baie de la honte), un film réquisitoire contre la chasse aux dauphins pratiquée à Taiji qui a été couronné d'un Oscar en 2010. 

Un "massacre anachronique"

Les policiers japonais ont été mobilisés en nombre pour le coup d'envoi de la saison, qui démarre chaque année le 1er septembre pour six mois et peut donner lieu à des heurts entre locaux et défenseurs de la cause animale . Pour s'éviter des problèmes, les services d'immigration ont refusé l'entrée sur le territoire à certains militants, selon l'organisation Sea Shepherd. 

Pour rappel, les pêcheurs de Taiji chassent chaque saison des centaines de dauphins qu'ils rassemblent dans la baie où ils sont tués pour leur chair ou capturés pour être confiés à des parcs d'attraction. Les professionnels soulignent que cette pratique fait partie des traditions et que les cétacés ne sont pas une espèce en danger, une position appuyée par le gouvernement japonais. Mais les organisations de défense des animaux dénoncent, quant à eux, un "massacre anachronique". Elles mettent également en avant une demande faible pour la viande de dauphin, qui contient des niveaux élevés de mercure.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter