Chasse aux dauphins au Japon : un massacre qui profite aux parcs

International
DirectLCI
SCANDALE - Comme chaque année, une tuerie à grande échelle est perpétrée en toute discrétion dans la baie de Taiji au Japon. Plusieurs milliers de dauphins y sont capturés ou tués, à partir du 1er septembre et pour une durée de six mois.

Tous les ans, le massacre est le même au Japon. Une tuerie à grande échelle, en toute discrétion, est perpétrée dans une baie située dans l'ouest de l'archipel. Depuis ce mardi 1er septembre et pour une durée de 6 mois, la baie de Taiji se transforme en bain de sang géant. Les dauphins y sont attirés à l’aide de bateaux et de leurs filets, mais aussi des sons forts, afin d’être tués ou capturés.

LIRE AUSSI >> Chasse aux dauphins au Japon : l'ancien dresseur de "Flipper" interpellé

Taiji a été tristement rendu célèbre par le documentaire The Cove - La baie de la honte . Ce film, récompensé par un Oscar en 2010, a dénoncé la capture chaque année de dizaines de dauphins, envoyés dans des parcs d'attractions, et le massacre de centaines d'autres pour la consommation de leur chair. Richard O’Barry, une des figures principales de ce documentaire glaçant, a d'ailleurs été interpellé près du port japonais ce mardi au motif qu’il conduisait en état d’ébriété. Innocenté après analyse de son alcoolémie, il a pourtant été maintenu en garde à vue.

450 euros pour un dauphin mort

Dans la baie de la honte, les dauphins sont avant tout examinés par des hommes en combinaisons, afin de voir lesquels sont les plus jeunes ou en meilleure santé. Les plus attractifs sont ainsi revendus à des parcs aquatiques et des aquariums du Japon. Les autres ont un sort bien plus sombre. Ils reçoivent un coup de tige en fer dans la colonne vertébrale, afin de les paralyser avant qu’ils ne meurent au bout d’une trentaine de minutes dans leur sang et celui de leurs congénères, précise le Mirror.

Désormais "la tige est ensuite retirée et remplacée par une cheville en bois pour pas que leur sang ne se déverse dans l’eau en trop grande quantité"  indique sur son site l'organisation de protection marine Sea Sheperd qui milite contre cette chasse poussée par le gain, les animaux étant revendus par la suite.

Un dauphin dressé et en bonne condition physique peut se vendre jusqu'à 110.000 euros. Un dauphin mort se vend jusqu'à 450 euros sur le marché de la viande. Son corps sert ensuite à la fabrication d’engrais et de repas pour les chiens, sa chaire étant impropre à la consommation humaine. Une tuerie animale sur laquelle le gouvernement japonais ferme les yeux, considérant ce massacre comme une tradition locale en total respect avec la loi.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter