Cheeseburger au lit, insultes, impréparation, cheveux oranges... : un an de présidence Trump raconté dans un livre choc

BOMBE - Dans un livre à paraître la semaine prochaine, le journaliste Michael Wolff dresse un portrait dévastateur de Donald Trump et de son entourage. LCI vous en rapporte les bonnes feuilles.

2018 vient à peine de commencer et la Maison Blanche est déjà plongée dans le chaos. En cause, la publication, le 9 janvier prochain, d’un livre choc sur les premiers mois de la présidence de Donald Trump et  sur son entourage. Son nom ? Fire and Fury : Inside the Trump White House (Le feu et la fureur : à l’intérieur de la Maison Blanche de Donald Trump) écrit par le journaliste indépendant Michael Wolff. 


Dans cet ouvrage, rempli d’anecdotes témoignant de l’atmosphère ubuesque qui a entouré la campagne du milliardaire et ses premiers mois à la tête des Etats-Unis, Michael Wolff dresse un portrait dévastateur de la Maison Blanche grâce à plus de 200 témoignages, dont ceux de Steve Bannon, l'ancien conseiller stratégique du locataire du Bureau Ovale, et de sa fille Ivanka.


Les bonnes feuilles, diffusées dans la presse anglo-saxonne mercredi 3 janvier, ont été niées en bloc par la Maison Blanche via communiqué et lors du point presse de sa porte-parole Sarah Sanders. Celle-ci a fustigé "les comptes rendus faux ou fallacieux" contenus dans cet ouvrage. Une déclaration étonnante vu l’accès relativement exceptionnel dont a bénéficié Michael Wolff pendant 18 mois lors de la campagne de Trump, puis à la Maison Blanche. LCI vous relate les anecdotes les plus croustillantes.

10 anecdotes croustillantes sur la présidence Trump

  • 1Donald Trump était sûr de ne pas gagner

    Michael Wolff nous apprend que Donald Trump était persuadé dès sa nomination comme candidat républicain qu'il ne gagnerait jamais l'éléction présidentielle, notamment à cause de ses conseillers, tous des "losers" selon lui ou encore de son organisation "merdique".


    Une anecdote résume bien son sentiment. En septembre 2016, Melania Trump lui demande ce qu'il compte faire quant à la future diffusion par le New York Post de photos d'elle nue alors qu'elle était mannequin. "Il lui dit, 'attend encore un peu. Tout sera fini en novembre'. Il a donné à sa femme un garantie solennelle : il n'y avait simplement aucune chance qu'il gagne", raconte l'auteur.

  • 2Il espérait retourner à sa vie d'avant après sa défaite

    Sûr de perdre, Donald Trump avait déjà prévu ce qu'il ferait à la fin de la campagne présidentielle. "Quand il aurait perdu, Trump serait devenu incroyablement connu et un martyr d'"Hillary la tordue". (...) Perdre aurait marché pour tout le monde. La défaite se transformait en victoire".

    Trump voyait cette défaite d'un bon oeil car son entreprise allait fortement prospérer grâce à de nouvelles opportunités créées par la campagne. Ou encore car elle lui permettait de revenir à son train de vie doré et sa passion, le golf.

  • 3Le jour de sa victoire, Trump ressemblait à un fantôme

    Dans son livre, Michael Wolff raconte la sidération du clan Trump lorsque le soir du 8 novembre 2016, la tendance semble confirmer qu'il sera élu. "Un peu après 20h le soir de l'élection, quand la tendance inattendue - Trump pourrait finalement gagner - semble se confirmer, Don Junior a dit à un ami que son père, ou DJT comme il l'appelle, ressemblait à quelqu'un ayant vu un fantôme. Melania était en larmes - mais pas de joie", raconte l'auteur.

  • 4Stephen Bannon accuse le fils du président de "trahison"

    "Les trois personnes les plus importantes de la campagne ont pensé que c'était une bonne idée de rencontrer un gouvernement étranger dans la Trump Tower, dans la salle de conférence du 25e étage, sans avocats. Ils n'avaient pas d'avocats", explique Stephen Bannon dans le livre. Une référence à la rencontre entre le fils aîné de Trump, Donald Junior, Jared Kushner, gendre et proche conseiller du président, ainsi que Paul Manafort, et l'avocate russe et proche du Kremlin Natalia Veselnitskaya, le 9 juin 2016 dans la Trump Tower.


    "Même si vous pensez que ce n'était pas une trahison, pas anti-patriotique ou pas une connerie, et moi je pense que c'est tout cela, vous auriez dû appeler le FBI tout de suite", a affirmé l'ancien conseiller de Trump à Michael Wolff. Une phrase qui a fait dire à Trump dans un communiqué que Bannon "avait perdu la raison".

  • 5Il fait chambre à part avec sa femme

    Pour la première fois depuis la présidence Kennedy, un couple présidentiel fait chambre à part avec sa femme, affirme l'auteur de Fire and Fury.

    Dans cette chambre qui se transforme rapidement en sanctuaire pour regarder Fox News notamment, le président fait installer deux télévisions en plus de celle déjà présente ainsi "qu'un verrou sur la porte, entraînant un conflit avec le Secret Service (ndlr : le service chargé d'assurer sa sécurité), qui insistait pour avoir accès à sa chambre".

    Il interdit aussi aux services d'entretien de ramasser ses t-shirts et chemises qu'ils jettent sur le sol. "Il met en place d'autres règles : personne ne doit toucher à quoi que ce soit dans sa chambre et surtout pas à sa brosse à dent", raconte l'auteur.

  • 6Il mange du McDo de peur d'être empoisonné

    Selon l'auteur, Trump "a peur depuis longtemps d'être empoisonné". C'est pourquoi dès qu'il le peut, le président fait envoyer l'un de ses aides de camp dans un McDonald's de Washington choisi au hasard. Comme ça, "personne ne savait qu'il venait et la nourriture était préparée en toute sécurité".


    Quand il ne dinaît pas à 18h30 avec Stephen Bannon, le président s'enfermait dans sa chambre "avec un cheeseburger au lit, en regardant trois télévisions tout en téléphonant", raconte l'auteur. 

  • 7Pas intéressé par la Constitution et les mémos

    "Tôt dans la campagne, Sam Nunberg est allé expliquer la Constitution au candidat" affirme l'auteur. "Je n'ai pas pu aller plus loin que le quatrième amendement", se souvient Sam Nunberg. Il a été contraint de s'arrêter quand le président "a mis son doigt sur ses lèvres et qu'il a commencé à lever les yeux au ciel".

    Dans un mail ayant circulé au printemps dernier, un conseiller exaspéré raconte que "Trump ne lit rien - même pas des mémos d'une page, même pas des briefings sur ses mesures, rien".

  • 8Ses proches et ses collaborateurs le prennent pour un imbécile

    L'auteur raconte que de nombreux proches affirment que le président est tout bonnement stupide. Steve Mnuchin, le secrétaire au Trésor, pense qu'il est "idiot", H. R. McMaster, le général chargé de la sécurité nationale, le qualifie d' "andouille" et Gary Cohn, qui dirige le Conseil national économique, dit qu'il est "con comme un balai". 

    Un de ses plus anciens amis, Rupert Murdoch, le patron de la chaîne favorite de Trump, Fox News, l'aurait qualifié de "gros con" à la suite d'un coup de téléphone.

  • 9Sa fille souhaite aussi briguer la présidence

    On apprend aussi dans cet ouvrage que la fille préférée de Donald Trump, Ivanka, a passé un deal avec son mari Jared Kushner à leur arrivée à la Maison Blanche. "Si un jour, dans le futur, se dessine une possibilité, elle sera celle qui se présentera à l'élection présidentielle. La première femme président, s'amuse Ivanka, ne serait pas Hillary Clinton, mais Ivanka Trump", raconte l'auteur.

  • 10Ses cheveux oranges sont dus à son impatience

    Michael Wolff raconte aussi comment Ivanka Trump se moque souvent de la chevelure blonde de son père. Selon elle, il a "un dessus de crâne chauve absolument propre - une petite île limitée grâce à une opération du cuir chevelu - entouré par un cercle de cheveux devant et sur les côtés, qui sont lissés pour couvrir le dessus et tenus avec une laque forte. La couleur, dit-elle moqueuse, vient du produit de coloration Just for Men, qui noircit à mesure qu'on la garde. C'est l'impatience qui rend ses cheveux blond-orangé", rapporte l'auteur.

Aucune date pour une éventuelle version française de l'ouvrage n'est connue pour l'instant.

Tout savoir sur

Tout savoir sur

La présidence Donald Trump

Plus d'articles

Sur le même sujet

Lire et commenter