ChinaLeaks : quand l'élite chinoise cache son argent dans les paradis fiscaux

ChinaLeaks : quand l'élite chinoise cache son argent dans les paradis fiscaux

DirectLCI
CHINE – Plusieurs médias internationaux, dont le journal Le Monde, révèlent qu'une partie de l'élite politique chinoise dissimule sa fortune dans les paradis fiscaux. Une évasion fiscale qui représente plus de 3000 milliards d'euros de pertes pour le pays.

Après l'OffshoreLeaks, voici la ChinaLeaks. D'après Le Monde, qui fait partie d'un consortium international de journalistes d'investigation , une partie de l'élite chinoise aurait tendance à dissimuler sa fortune dans des paradis fiscaux. Parmi ces milliers de noms, les journalistes épinglent jusqu'à l'entourage du président. Explications.

>> Qui est concerné ?

Selon l'enquête, près de 22.000 clients originaires de Chine populaire ou de Hong-Kong sont impliqués dans des compagnies "offshore". Des patrons richissimes du pays, mais aussi des proches des plus hauts dirigeants chinois, dont le président Xi Jinping et l'ex-Premier ministre Wen Jiabao sont cités. Il s'agit également des "princes rouges", les enfants des cadres historiques du parti qui ont profité de l'ouverture de la Chine communiste à l'économie de marché dans les années 80.

>> De quoi sont-ils accusés ?

Tous sont accusés d'avoir dissimulé des fortunes dans des paradis fiscaux. Le beau-frère du président, multimillionnaire, possèderait par exemple 50% d'une société offshore aux Iles Vierges britanniques. De son côté, Wen Yunsong, fils de l'ancien Premier ministre, a constitué une société en 2006 (dont il était l'unique actionnaire) dans les Iles Vierges britanniques. Bien que de telles sociétés et trusts "peuvent ne pas être tout à fait illégaux", ils recouvrent souvent "des conflits d'intérêts et se servent de relations au cœur du gouvernement", indique Minxin Pei, professeur au Claremont McKenna College.

Cette enquête révèle aussi qu'aucun secteur d'activité n'est épargné par ce phénomène qui représente un manque à gagner considérable pour le pays. Ces pratiques d'évasion fiscale représentent en effet plus de 3000 milliards d'euros de pertes pour les finances publiques.

>> L'ironie de ces révélations

Ces révélations, si elles étaient connues du peuple, feraient probablement scandale. Le président du parti, Xi Jinping, ne cesse de mettre en avant une politique anticorruption, vantée par tous les médias du pays. Les accusations contre son beau-frère et contre de nombreux membres de l'Assemblée nationale populaire font donc tache.

>> Quelles conséquences en Chine ?

Le pouvoir chinois, adepte de la censure, a réussi à ne pas ébruiter ces révélations pourtant mondiales. Internet a été perturbé toute la nuit de mardi à mercredi. Les références à ces enquêtes sur les réseaux sociaux ont été "nettoyées" et les sites internationaux tels que LeMonde.fr ont été rendus inaccessibles. Hasard du calendrier, ces révélations ont été divulguées alors que s'est déroulé, mercredi à Pékin, le procès de l'universitaire et avocat Xu Zhiyong , un activiste interpellé pour avoir réclamé avec insistance davantage de transparence de la part des dirigeants politiques.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter