Chine : à Tianjin, après l'explosion, l'inquiétude grandit face au risque de contamination

International
CATASTROPHE – La population de Tianjin s'inquiète d'une possible contamination de l'air, alors que l'armée a confirmé la présence sur le site de l'explosion de centaines de tonnes de cyanure.

L'inquiétude grandit à Tianjin, quatrième ville de Chine, où plusieurs explosions ont ravagé le port industriel mercredi, faisant selon un dernier bilan 112 morts et 700 blessés. Dimanche, l'armée a en effet confirmé la présence sur le site, au moment de la catastrophe, d'importantes quantités de cyanure. "D'après les estimations préliminaires, le volume atteignait plusieurs centaines de tonnes", a détaillé le général Shi Luze. Les conséquences sont potentiellement désastreuses : selon les médias locaux, il s'agirait de cyanure de sodium, un composé chimique qui peut, sous certaines conditions, se transformer en un gaz hautement toxique.

La densité de cyanure dans l'eau deux fois supérieure à la normale

Selon l'agence officielle Chine Nouvelle, le risque est limité : la densité de cyanure dans les eaux usées était jeudi 10,9 fois supérieure à la normale, mais serait depuis retombée à deux fois le taux normal. Des chiffres confirmés par l'ONG Greenpeace, qui assure dimanche avoir réalisé des prélèvements d'eau à quatre points de la ville, sans trouver de niveaux de cyanure très importants. "Cela montre que les réserves d'eau ne sont pas gravement contaminées", estime l'association, qui souligne toutefois que ces tests n'excluent pas la présence d'autres produits dangereux dans l'eau ou l'air.

A VOIR >> Les images de l'explosion à Tianjin

Par mesure de sécurité, les habitants dans un rayon de trois kilomètres autour de l'explosion ont été évacués, tandis que le Premier ministre chinois, Li Keqiang, s'est rendu sur place dimanche après-midi pour prendre la tête des opérations de secours et tenter de rassurer la population locale. Reste qu'il aura bien du mal à convaincre les familles des victimes, qui accusent les autorités de vouloir cacher la vérité. Samedi, des familles ont tenté de faire irruption dans la salle où les autorités donnaient une conférence de presse. Et dimanche, des proches de victimes étaient également présents dans l'hôtel où les dirigeants locaux s'adressaient aux journalistes.

Le gouvernement étouffe les critiques

Depuis les explosions, le gouvernement fait tout son possible pour étouffer les critiques et censure systématiquement les commentaires négatifs publiés sur l'Internet chinois. Plusieurs sites ont ainsi été rendus inaccessibles ce week-end "pour avoir semé la panique en publiant des informations non vérifiées ou en permettant aux usagers de répandre des rumeurs infondées", rapporte Pékin, tandis que sur Weibo, le Twitter chinois, 360 comptes ont été fermés depuis jeudi.

EN SAVOIR +
>>
La zone de l'explosion du port de Tianjin évacuée
>>
Tianjin : après le drame, l'explosion de la censure

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter