Chine : mort du dissident prix Nobel de la paix  Liu Xiaobo , ce que disait son testament

Chine : mort du dissident prix Nobel de la paix Liu Xiaobo , ce que disait son testament

International
DirectLCI
DISPARITION - Le dissident chinois Liu Xiaobo, prix Nobel de la paix en 2010, est mort ce jeudi à l'âge de 61 ans. "Aucune force ne peut arrêter la quête de  l'homme pour la liberté", avertissait Liu Xiaobo dans un texte écrit peu avant  sa condamnation en 2009 et qui fait figure de testament du Nobel chinois.

Le dissident chinois Liu Xiaobo est mort ce jeudi à l'âge de 61 ans, ont annoncé les autorités de la province du Liaoning, lieu où le prix Nobel de la paix 2010 était hospitalisé pour un cancer du foie en phase terminale. Les autorités avaient donc décidé de le placer en liberté conditionnelle afin qu'il puisse suivre son traitement médical. La veille de sa mort à l'hôspital de Shenyang, sa famillle avait refusé qu'il soit soit mis sous assitance respiratoire. Un de ses proches avait alors précisé qu'il ne lui restait probablement plus que 24 heures à vivre.

Une figure du mouvement démocratique de la place Tianenmen

Ancienne figure de proue du mouvement démocratique de la place Tiananmen en 1989 et bête noire du régime communiste, l'écrivain avait eu vent depuis sa céllule de l'attribution de son  Nobel de la paix. Il l'avait alors dédié aux morts de Tiananmen.

En guise d'hommage, le 10 décembre 2010 à Oslo, Liu Xiaobo était représenté à la cérémonie par une chaise vide


Je n'ai ni ennemis ni haine", assurait-il alors selon un texte lu lors de la cérémonie de remise du Nobel. Liu Xiaobo se faisait fort de "répondre à l'hostilité du régime par la bonne volonté et à la haine par l'amour". Cette récompense  avait provoqué l'ire de Pékin tandis que des images de fauteuils vides étaient censurées sur l'internet chinois rapporte l'AFP.

"Rien n'arrête la liberté"

Aucune force ne peut arrêter la quête de  l'homme pour la liberté", avertissait Liu Xiaobo dans un texte écrit peu avant  sa condamnation . "La Chine finira par devenir un Etat de droit, où règnent les droits de  l'homme", assurait-il dans ce texte de quatre pages.

 S'adressant plus bas à sa femme, la poétesse Liu Xia, qui vit en résidence  surveillée depuis 2010, il assurait n'avoir "aucun regret quant aux choix"  qu'il avait faits, disant attendre "demain avec optimisme".

En vidéo

JT WE - La minute pour comprendre : le Prix Nobel

 

"J'attends avec impatience le jour où mon pays sera une terre de liberté  d'expression (...) où chaque citoyen pourra exprimer ses opinions politiques  sans peur et où personne ne souffrira jamais de persécutions pour avoir exprimé  des vues divergentes", espérait le premier Chinois à avoir reçu le Nobel de la  paix. "J'espère que je serai la dernière victime de l'interminable inquisition  littéraire chinoise et que désormais plus personne ne sera poursuivi pour ses  paroles", lançait l'ancien professeur de littérature, dont les livres sont  interdits en Chine.

Le second prix Nobel à mourir en étant privé de liberté

Le poète avait auparavant été détenu pendant plus de huit ans pour "subversion". Il est le premier prix Nobel de la paix à mourir en étant privé de liberté depuis le pacifiste allemand Carl von Ossietzky, décédé en 1938 dans un hôpital alors qu'il était détenu par des nazis.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter