Chine : sur la Lune, le Lapin de Jade vit encore !

Chine : sur la Lune, le Lapin de Jade vit encore !

DirectLCI
ESPACE - Alors que le pessimisme était de rigueur, le robot lunaire chinois baptisé le Lapin de Jade, endommagé fin janvier, a donné des signes de vie ce jeudi matin. Pour autant, à en croire les spécialistes, l'engin roulant est loin d'être sorti d'affaire.

Finalement, un lapin n'a pas été tué sur la Lune. Ou en tout cas pas encore. Jeudi matin, les autorités chinoises ont fait savoir que le véhicule envoyé en grande pompe sur le satellite naturel de la Terre en fin d'anne dernière, baptisé Lapin de Jade, avait enfin donné des signes de vie. La veille, le pessimisme était pourtant de rigueur : placé dans le coma fin janvier, l'engin ne répondait plus, victime, semble-t-il, d'une panne mécanique.

Changement d'atmosphère, donc, dans l'Empire du Milieu, où la conquête spatiale est érigée depuis quelques années en véritable priorité nationale. En témoigne la réaction enjouée de Pei Zhaoyu, porte-parole du programme spatial chinois : "Il a repris connaissance ! Au moins, il est en vie et il nous reste une chance de le sauver", s'est exclamé ce responsable, cité par l'agence de presse officielle Chine Nouvelle.

Résurrection ou simple sursaut ?

Dans la foulée, de nombreux internautes ont salué cette seconde vie sur les réseaux sociaux. Il faut dire que le Lapin de Jade est une vraie star en ligne. Un compte créé par un anonyme sur le réseau Weibo (le Twitter chinois) narre même les aventures du rover d'exploration à la première personne. "Hello ! Il y a quelqu'un ?", pouvait-on lire sur ce compte jeudi matin, a relaté l'AFP, suscitant un torrent de réactions enthousiastes.

Pour autant, rien ne permet de dire aujourd'hui si cette résurrection pourra durer ou pas. Selon les spécialistes, la défaillance du Lapin de Jade serait due aux températures glaciales qu'il doit affronter sur la Lune. En raison d'un problème de panneau solaire défaillant, certaines de ses pièces ont été irrémédiablement endommagées par le froid. De quoi faire craindre, au-delà du sursaut accueilli comme il se doit jeudi matin, un interruption définitive de sa mission de reconnaissance, censée durer trois mois.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter