Chine : un drone pour lutter contre la fraude au bac

Chine : un drone pour lutter contre la fraude au bac

DirectLCI
INSOLITE - Plus de neuf millions de jeunes Chinois passaient lundi le redoutable concours d'entrée à l'université, le Gaokao. Un examen qui s'accompagne d'une traque implacable aux moyens de tricherie, une province ayant même fait appel à un drone sophistiqué.

Un Gaokao sans tricheurs ? C’est l’audacieux pari de la ville chinoise de Luoyang. Celle ville a accueilli dimanche et lundi les épreuves de cet examen, présenté par plus de neuf millions de Chinois dans tout le pays et régulièrement entaché de fraudes. Des irrégularités contre lesquelles les autorités de Luoyang ont décidé de s’attaquer à l’aide d’une drone.

A LIRE AUSSI >> Inde : 1.000 arrestations dans une incroyable affaire de tricherie scolaire

Le ministère chinois de l'Education a en effet promis de concentrer ses efforts répressifs en ciblant les moyens de communication sans fil et les réseaux criminels. Ceux-ci qui proposent aux candidats faibles de se faire remplacer par quelqu'un planchant sous leur identité. Deux sites d'examen de la ville de Luoyang, dans la province centrale du Henan, ont ainsi fait chacun décoller un drone capable de repérer d'éventuelles communications suspectes de la part de candidats qui auraient réussi à introduire des appareils de transmission miniaturisés dans la salle d'examen.

Des milliers d'euros déboursés pour frauder

Il fallait bien cela pour surveiller les millions de candidats en lice, malgré la présence de dizaines de milliers de policiers et surveillants. Une présence mais massive mais insuffisante : le quotidien Nanfang Dushibao de Canton a déjoué la surveillance des autorités en envoyant l'un de ses reporters passer le gaokao à Nanchang (est) sous une fausse identité.

Le journaliste est ainsi parvenu à mettre au jour cette escroquerie à l'examen, alors que de nombreux parents sont prêts à verser des milliers d'euros pour s'assurer de façon illégale que leur enfant réussisse le gaokao. Le prix à payer pour que leur rejeton franchisse les portes d'institutions prestigieuses, comme l'université Tsinghua de Pékin.

A LIRE AUSSI >> Notre dossier consacré au bac 2015

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter