Cisjordanie : le père du bébé palestinien brûlé vif succombe à ses blessures

Cisjordanie : le père du bébé palestinien brûlé vif succombe à ses blessures

DirectLCI
DÉCÈS - Le père de l'enfant de 18 mois, brûlé vif dans un incendie provoqué par des extrémistes israéliens, est mort ce samedi. Benjamin Netanyahu promet de poursuivre ceux qu'il qualifie de "terroristes".

Sa mort pourrait renforcer la tension dans la région. Saad Dawabcheh, le père du bébé palestinien brûlé vif le 31 juillet dernier lors d’un incendie provoqué par des colons israéliens en Cisjordanie, a succombé à ses blessures ce samedi 8 août.

A sa mort, s'ajoute l'état critique dans lequel se trouve sa femme Riham, 26 ans, dont le corps est quasiment entièrement recouvert de brûlures au troisième degré. Elle est actuellement hospitalisée en Israël tandis que l'autre fils, Ahmed, âgé de quatre ans, commence lentement à se remettre de ses blessures. Le 31 juillet, leur fils Ali, 18 mois, avait perdu la vie, brûlé vif dans l'incendie provoqué par des hommes masqués qui avaient lancé des cocktails Molotov par les fenêtres que la famille avait laissées ouvertes en raison de la forte chaleur.

EN SAVOIR + >> Face aux extrémistes juifs, Israël serre la vis

Les extrémistes dans le collimateur de Netanyahu

Dans leur petite maison de Douma, entourée de colonies israéliennes, les mots "Vengeance" et "Prix à payer" sur les murs noircis. Il s'agit de la signature habituelle des colons et activistes de l'extrême droite israélienne. Dans la région, ces extrémistes juifs agressent et vandalisent depuis des années Palestiniens, Arabes israéliens et même soldats israéliens. Ils disent agir en représailles aux destructions de colonies sauvages, qui sont illégales non seulement aux yeux de la communauté internationale mais aussi de la loi israélienne, ou aux décisions politiques israéliennes qu'ils estiment contraires à leur volonté de colonisation des Territoires occupés.

Des extrémistes longtemps impunis, mais désormais dans le viseur de Benjamin Netanyahu, dont le gouvernement est pourtant l'un des plus nationalistes et expansionnistes de l'histoire d'Israël. Le Premier ministre israélien a décidé de se donner les moyens de poursuivre ces "terroristes", selon ses mots. L'un de ces militants a d'ailleurs été placé sous le régime de la détention administrative. Une première depuis des années, pour cette mesure habituellement réservée aux Palestiniens, et qui permet d'incarcérer sans charge des suspects pour une durée illimitée. Reste à voir si ce durcissement permettra d'apaiser la situation sur place, alors que des affrontements avaient éclaté au lendemain de l'incendie entre Palestiniens et armée israélienne.

EN SAVOIR + >>  Regain de violence en Cisjordanie après la mort d'un bébé

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter