Cisjordanie : un jeune soldat israélien retrouvé mort, Benjamin Netanyahu dénonce un acte "terroriste"

International

CISJORDANIE - L’armée israélienne a annoncé jeudi la découverte du corps d’un jeune soldat poignardé à de multiples reprises dans un secteur sensible de la Cisjordanie occupée. Une attaque qualifiée par le Premier ministre Benjamin Netanyahu d'acte "terroriste".

Le corps d'un soldat israélien a été découvert tôt dans la matinée à proximité de la colonie juive de Migdal Oz, dans le secteur de Gush Etzion, entre les villes de Bethléem et Hébron, en Cisjordanie, a annoncé jeudi l'armée israélienne dans un communiqué. Le jeune militaire aurait été poignardé à de multiples reprises. 

Le secteur, connu pour les nombreux heurts entre des Palestiniens et la police israélienne, a rapidement été quadrillé par l’armée, la police et les services israéliens de sécurité intérieure. Les circonstances de sa mort n'avaient pas encore été dévoilées par l’armée israélienne. 

Le jeune soldat, tout juste âgé de 18 ans, étudiait dans une yeshiva, un centre d’étude de la Torah. Il prenait part à un programme spécial articulant étude religieuse et service militaire. Il était "parti pour Jérusalem mercredi après-midi afin d’acheter un cadeau pour ses professeurs", a relaté un témoin, le rabbin Schlomo Wilk. "Trente minutes avant d’être assassiné, il était en contact avec nous alors qu’il était dans un bus en route vers la yeshiva. Mais à une centaine de mètres de l’arrêt de bus, avant son entrée dans la communauté, il a été assassiné". D’après un journaliste de l’AFP sur les lieux, le cadavre du jeune soldat se situait à une quarantaine de mètres de l’entrée de la colonie. 

Lire aussi

Un acte "terroriste", selon Netanyahu

Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a aussitôt condamné cette "attaque au couteau", la qualifiant d'acte "terroriste". Actuellement en campagne pour les législatives du 17 septembre, il a ajouté que "les forces de sécurité mènent une opération afin de capturer ce sale terroriste et de lui régler son compte". 

Ces faits s'inscrivent dans un contexte de tensions constantes, marquées par l'extension des colonies juives en Cisjordanie et à Jérusalem Est, soit 600.000 israéliens vivant sur ce territoire où demeurent près de trois millions de Palestiniens. 

Plus tôt dans la semaine, les autorités israéliennes ont accepté l’établissement de plus de 2.300 logements dans des colonies en Cisjordanie et ont légalisé trois colonies encore non reconnues par l’Etat hébreu. Une situation dénoncée par le représentant de l’ONU pour le processus de paix au Proche-Orient Nickolay Mladenov, pour qui "l'expansion des colonies n’a pas de valeur légale et constitue une violation flagrante du droit international". Amorcée dès 1967, la politique de colonisation en Cisjordanie occupée et à Jérusalem Est s'est accélérée ces dernières années sous le gouvernement de Benjamin Netanyahu, soutenu par le président américain Donald Trump. 

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter