Clinton laminée, Trump triomphant... Les trois leçons du New Hampshire

Clinton laminée, Trump triomphant... Les trois leçons du New Hampshire

DirectLCI
ETATS-UNIS - Après l’Iowa la semaine dernière, les projecteurs se sont tournés mardi sur le New Hampshire pour le second rendez-vous des primaires américaines pour la présidentielle de 2016. Si seuls 2% des délégués ont été attribués pour les investitures démocrate et républicaine, nul doute que le verdict des urnes dans ce petit Etat – 1,3 million d’habitants – devrait peser sur les prochaines élections.

 Donald Trump transforme (enfin) l’essai
Depuis l’été dernier, le magnat de l’immobilier fait la course en tête dans les sondages. Seulement voilà : l’homme à l’égo surdimensionné a souffert dans l’Iowa, terminant second devant le sénateur Ted Cruz. Il tient enfin sa revanche et, surtout, son premier succès dans le New Hampshire, avec au moins un tiers des voix républicaines.

 Le camp républicain éclaté
Portée par sa victoire, Donald Trump bénéficie également des scores atteints par ses adversaires. L'opposition républicaine à Trump est en effet atomisée entre au moins quatre candidats, qui ont chacun obtenu entre 10 et 16% des voix mardi : le gouverneur John Kasich (Ohio), l'ex-gouverneur Jeb Bush (Floride), le sénateur Marco Rubio (Floride), ainsi que le sénateur Ted Cruz (Texas), champion de la droite religieuse, qui chasse aussi sur les terres de Donald Trump. Tant que la concurrence reste aussi fragmentée, Donald Trump pourra continuer à dominer, même sans atteindre 50% des voix. Or, à partir du 15 mars, de nombreux Etats accorderont la totalité de leurs délégués au vainqueur de leur primaire, et non à la proportionnelle comme les démocrates continueront à le faire.

A VOIR AUSSI >> Cliquez ici pour accéder à notre carte interactive des primaires républicaines

 Hillary Clinton en embuscade
Certes, l’ex secrétaire d’Etat a connu une défaite sans appel, mardi, avec seulement 39% des voix face à Bernie Sanders. S’il se sent pousser des ailes, celles-ci pourraient rapidement se voir cribler de plombs dans le sud du pays, où Hillary Clinton devrait aisément accumuler les victoires. Vingt-huit Etats voteront en effet en mars, avec plus de la moitié des délégués à la clé - notamment la Caroline du Sud, le Texas, la Georgie, l'Alabama, où les minorités noires et hispaniques représentent une majorité des électeurs démocrates. Or, depuis la présidence de Bill Clinton dans les années 1990, les liens entre les Clinton et les Noirs ont été quasiment indéfectibles, avec l'exception Barack Obama en 2008. Preuve s’il en fallait, le retard de popularité de Bernie Sanders dans le Sud est attesté par plusieurs sondages : il a 37 points de retard sur sa rivale en Caroline du Sud, selon un sondage NBC.

A VOIR AUSSI  >> Cliquez ici pour accéder à notre carte interactive des primaires démocrates

Plus d'articles

Sur le même sujet