Coca-Cola : une campagne sur Twitter parasitée... par Hitler

Coca-Cola : une campagne sur Twitter parasitée... par Hitler

DirectLCI
BAD BUZZ - Coca-Cola voulait transformer les réseaux sociaux en forums d'amour et de tolérance. Las, l'initiative a été contrecarrée par le site Gawker. Qui a utilisé des extraits de Mein Kampf, le livre-doctrine d'Adolf Hitler, pour réduire à néant la campagne de pub du géant américain...

L'événement "peace and love" aura tourné au vinaigre. Coca-Cola avait lancé une campagne publicitaire en ligne qui se voulait positive, le 1er février. Baptisée "Make it happy campaign", elle devait valoriser le bonheur en détournant des tweets jugés "négatifs" par Coca-Cola en  les transformant automatiquement en tweets positifs .

Le contenu du tweet était cependant conservé, mais l’image remplacée par la firme de boissons gazeuzes. Lancement à l'occasion du Super Bowl, création d'un site Internet dédié, utilisation d'un système d'algorithme pour réaliser les dessins... Le géant américain des boissons sucrées avait tout fait pour séduire ses followers. Décliné sur Instagram et Facebook, l'essentiel de la campagne "Diffusons le bonheur, pas la haine" passait par Twitter.

Mais le système n’était pas parfait. Les équipes de  Gawker , un site américain, n’ont pas tardé à remarquer que la marque avait, dans le cadre de cette  campagne , repris un slogan néo-nazi qui reprend les termes de David Lane, nationaliste et suprémaciste américain. Coca-Cola en avait fait un  joli petit chien .

Coca-Cola est tombé dans le piège

Max Read, rédacteur en chef de Gawker, a déclaré trouver déconcertant de voir une marque comme Coca-Cola "inciter ses followers à assurer l’existence et la reproduction de racistes blancs". Pour appuyer son propos, il a créé un compte automatique sur Twitter,  @MeinCoke , qui tweete en continu des citations de Mein Kampf d’Adolf Hitler, pour voir si la marque irait jusqu’à toutes les transformer en "tweet positif".

Verdict : Coca-Cola a effectivement tweeté sur son compte officiel des passages du manifeste d’Hitler. Le résultat, c’est que la marque a arrêté sa campagne, au grand regret de ses équipes. Un porte-parole a confié à  Adweek  : "Le message de la campagne #MakeItHappy est simple : Internet est ce que nous choisissons d’en faire, et nous espérons pouvoir inciter les gens à en faire un endroit plus positif. C’est dommage que Gawker essaye de transformer cette campagne en ce qu’elle n’est pas. Créer un compte qui tente de promouvoir la haine à travers #MakeItHappy est l’exemple parfait de la négativité généralisée que Coca-Cola voulait contrer avec cette campagne."

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter