Coincés 15 heures dans les bouchons à Douvres : les Britanniques live-tweetent leur galère

Coincés 15 heures dans les bouchons à Douvres : les Britanniques live-tweetent leur galère

BOUCHONS MONSTRES - Quinze heures d'attente pour prendre le bateau à Douvres... voire plus. Depuis vendredi, en raison des contrôles renforcés vers la France, des Britanniques restent coincés dans leur voiture alors qu'ils tentent de rejoindre le continent. Ils racontent leur calvaire routier sur Twitter.

La galère n'est pas terminée à Douvres. Depuis trois jours, c'est le chaos pour quelque 250.000 automobilistes britanniques passant par cette ville portuaire du Sud-Est de l'Angleterre, selon le Daily Mai  . Quinze heures de bouchon en plein soleil en raison de l'afflux de vacanciers et de contrôles renforcés de la police aux frontières française. De nombreux voyageurs ont même dû dormir dans leurs véhicules.

Des files de voitures, pare-chocs contre pare-chocs, à perte de vue le long des côtes du Kent : les images ont tourné en boucle ce dimanche matin sur les chaînes de télévision britanniques, tout comme sur les réseaux sociaux.

Des internautes ont raconté leur calvaire sur Twitter, comme cette mère de deux enfants, parlant de "honte" à Douvres. "Toujours pas arrivés après vingt heures de queue. Ma nièce est allée à pied chercher de la nourriture et s'est évanouie à la station-service." D'autres ont raconté aux médias britanniques avoir parcouru un petit kilomètre en huit heures. 

Une jeune femme voyageant avec sa famille en camping-car a live-tweeté sa mésaventure. "Après plus de six heures passés dans les embouteillages nous avons enfin une bouteille d'eau gratuite offerte par la police et les garde-côtes."

Durant leur interminable périple, ils ont ainsi eu le temps de faire chauffer le barbecue et de faire cuire des saucisses.

Le trafic routier étant complètement à l'arrêt, son mari - le chauffeur du camping-car - a même pu faire une sieste. "Cela fait tellement longtemps que nous n'avons pas bouger que mon chauffeur - mari - s'est endormi."

Sécurité renforcée du côté français

Le port de Douvres constitue un point de passage privilégié des vacanciers britanniques qui prennent le ferry pour traverser la manche jusqu'à Calais ou Dunkerque, dans le nord de la France, quand ils n'empruntent pas l'Eurotunnel.

Depuis vendredi soir, les départs en vacances se sont transformés en chemin de croix avec des embouteillages interminables causés par l'afflux d'automobilistes et une "sécurité renforcée" du côté de la police aux frontières (PAF) française, a indiqué la police du Kent dans un communiqué.

Un "grave manque d'effectifs"

Le gestionnaire du réseau routier, Highways England, a précisé de son côté que les contrôles des autorités françaises étaient destinés à assurer un niveau de sécurité satisfaisant "à la suite des récents attentats en France".

Reste que, selon le port de Douvres, le dispositif de la PAF a été caractérisé par un "grave manque d'effectifs", tandis que le député conservateur de la circonscription a accusé le gouvernement britannique de ne pas avoir anticipé la situation. "Nous savons que les perturbations ont été exceptionnelles (...) mais la sécurité est primordiale", a rétorqué le ministère britannique de l'Intérieur, dans un contexte de forte crainte en Europe en raison des risques d'attentats.

Les difficultés de circulation ont été ressenties bien au-delà des abords du port.

Pour aider les vacanciers coincés dans leurs voitures, des volontaires de l'organisation humanitaire sikh Khalsa Aid - qui vient en aide aux victimes de désastres - ont distribué quelque 5.800 bouteilles d'eau.

Ces problèmes de congestion interviennent alors que le Royaume-Uni se pose la question de l'avenir de ses frontières après le vote du 23 juin en faveur d'une sortie de l'UE, qui remet en question la libre circulation entre le pays et ses voisins européens. Plusieurs Britanniques y ont d'ailleurs vu une mesure de représailles de la part de la France. "L'action française à Douvres n'est-elle pas un crime de haine lié au Brexit ?" Un autre s'interroge : "Est-ce une vengeance de la France après le Brexit ?"

A LIRE AUSSI >>  Ce que le Brexit pourrait changer sur... l'immigration

Certains internautes se sont justement moqués de ce paradoxe. "J'espère que les gens qui veulent des frontières plus fortes ne se plaignent pas des retards à Douvres", commente un utilisateur de Twitter. "Je vois sur la BBC des gens qui se plaignent d'avoir attendu dix heures pour venir en France depuis Douvres. Ne s'agit-il pas justement de ces frontières plus hermétiques pour lesquelles vous avez voté?" remarque un autre utilisateur du réseau social.

Si les autorités britanniques et françaises travaillent à présent de concert pour tenter de régler la situation, Londres a prévenu : les embouteillages monstres vont durer jusqu'à lundi.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Covid-19 : que sait-on des symptômes du variant Omicron ?

EN DIRECT - Le variant Omicron présente "un risque très élevé" au niveau mondial, selon l'OMS

VIDÉO - "Ça ne finit pas de tomber" : la galère des automobilistes bloqués par la neige sur l’A89

Covid-19 : de l'école primaire au collège, les changements attendus à partir de ce lundi

VIDÉO - Sur les côtes anglaises, les habitants assistent consternés à l'arrivée de centaines de migrants

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.