Farc : en Colombie, l'accord qui met fin à un demi-siècle de conflit

DirectLCI
AMÉRIQUE DU SUD - Le président colombien et le commandant en chef des Farc ont signé lundi un accord de paix qui met fin à une guerre interne d'un demi-siècle.

Un jour historique pour la Colombie. Après un demi-siècle, la lutte armée entre le gouvernement et les Farc a pris fin ce lundi. Le président colombien Juan Manuel Santos et le commandant en chef des Farc, Rodrigo Londono alias Timochenko, ont signé l'accord de paix. 


Ce dernier, complexe et technique, encadre le désarmement des quelque 7000 combattants de la guérilla et la transformation du mouvement en parti politique. Il comprend six volets : la fin des affrontements ; les réparations aux victimes avec notamment la création de tribunaux spéciaux ; la fin du narcotrafic des les zones d'influence des Farc ; le devenir politique des Farc ; une réforme agraire pour aider les paysans pauvres et la soumission du texte au vote des Colombiens le 2 octobre prochain.

Lire aussi

Cet accord est la consécration de quatre ans de pourparlers menés à La Havane. Un premier cessez-le-feu bilatéral entre les deux camps était entré en vigueur le 29 août dernier.


Pour comprendre comment cette guerre a entrainé la mort de 260.000 personnes au fil des ans, il faut remonter aux années 1960. C’est à ce moment-là que les multiples guérillas du pays ont commencé à s’armer pour réclamer une répartition plus équitable des terres. Des revendications qui s’inscrivent dans un contexte déjà tendu : au milieu du XXe siècle, la Colombie a connu "la Violence", une période sombre marquée par des affrontements entre les partis conservateur et libéral. 

Trois processus de paix avortés

En 1964, l’armée affronte ainsi plusieurs guérillas. Parmi elles, on retrouve l'Armée de libération nationale (ELN - encore active), le Mouvement du 19 Avril (M-19, démobilisé en 1990) ou encore l'Armée populaire de libération (EPL, démobilisée en 1991). La plus importante sera cependant celle issue d’un groupe marxiste, les Forces armées révolutionnaires de Colombie (Farc, marxistes), issues en 1964 d'une insurrection paysanne.


Au fil des ans, les Farc commettent de nombreux enlèvements de longue durée comme celui de l'ex-candidate présidentielle Ingrid Betancourt en 2002 pendant six ans. Des massacres sont également commis, tel celui de Bojaya (Choco, nord-ouest) qui la même année a fait 79 morts. La justice leur attribue aussi l'attentat à la voiture piégée du club El Nogal, à Bogota, qui a fait 36 morts en 2003.


Autant de flambées de violences qui ont plombé les différentes tentatives de dialogues. Car entre 1984 et 1999, pas moins de trois processus de paix ont été débutés : la première a débuté le 28 mars 1984 sous la présidence de Belisario Betancur, à la faveur d'une trêve bilatérale. Ces négociations avorteront en 1987, comme les suivantes entamées en 1991 sous César Gaviria et en 1999 sous Andrés Pastrana. Le processus de paix, qui s'est déroulé à La Havane et qui a finalement abouti mercredi, a quant à lui nécessité quatre années de négociations. 

Lire aussi

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter