Procession géante et drapeaux en berne : Cuba prépare un hommage grandiose à Fidel Castro

Procession géante et drapeaux en berne : Cuba prépare un hommage grandiose à Fidel Castro
International

Toute L'info sur

La mort de Fidel Castro

SPLEEN - Hommages et cérémonies ponctueront les neuf jours de deuil national décrétés après la mort de Fidel Castro. Avant des funérailles prévues le 4 décembre dans la ville de Santiago.

Un peu plus de 24 heures après la mort de Fidel Castro, les Cubains se préparent à neuf jours de deuil national. Au programme :  des céremonies d'hommage, dont une importante ce mardi, la veille du départ d'une procession de quatre jours dans tout le pays pour le transfert des cendres du "Commandante" de La Havane à Santiago. C'est dans cette ville de l'est du pays, berceau de la Révolution cubaine, que se dérouleront les funérailles, prévues le 4 décembre. Plusieurs chefs d'États devraient y assister. 

Lire aussi

    Semaine au ralenti

    À l'annonce du décès du "Lider Maximo" à l'âge de 90 ans, un inhabituel silence s'est abattu sur tout le pays, selon un journaliste de l'AFP présent sur place.  À La Havane, quelques centaines d'étudiants lui ont rendu hommage samedi soir lors d'une veillée nocturne devant la faculté où le "Commandante" avait fait ses premières armes en politique à la fin des années 1940.

    Le calme devrait se prolonger ce dimanche, aucune manifestation n'était prévue. La première cérémonie de recueillement  a été programmée pour lundi sur l'emblématique Place de la révolution, dont les accès sont barrés par la police depuis samedi.

    Pendant le deuil, "cesseront les activités et spectacles publics et le drapeau national sera mis en berne".  Par ailleurs, la vente d'alcool est interdite, et les restaurants ont réduit leurs heures d'ouverture. Le tout sous une surveillance accrue des forces de l'ordre, déployées en nombre notamment dans la capitale. 

    "La radio et la télévision nationales maintiendront une programmation informative, patriote et historique", a précisé le Conseil d'État, présidé par Raul Castro.

    On aurait dû décréter 30 jours de deuil, vraiment- Andy Lores, un cubain de la Havane

     "C'est un grand leader, on aurait dû décréter 30 jours de deuil, vraiment", suggère à l'AFP Andy Lores, boucher dans le quartier populaire du Cerro, dans le sud de La Havane. "J'aurais souhaité qu'il vive 30 ans de plus, mais bon, personne ne peut battre le destin", a également confié à l'AFP Guillermo Suarez, un maçon de La Havane âgé de 52 ans. Une peine non dissimulée qui contraste avec les scènes de liesse des immigrés Cubains installés à Miami, contraints à l'exil par le régime de Fidel Castro. 

    En vidéo

    JT WE - Décès de Fidel Castro : à Miami, la liesse de ces exilés qui ont tout perdu

    En vidéo

    JT WE – Mort de Fidel Castro : les Cubains libérés et orphelins

    Sur le même sujet

    Et aussi

    Lire et commenter

    Alertes

    Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent