Comment l'homme à la corne de narval a permis d'arrêter l'assaillant du London Bridge

Comment l'homme à la corne de narval a permis d'arrêter l'assaillant du London Bridge
International

TÉMOIGNAGE - Au lendemain des obsèques des deux victimes de l'attaque du London Bridge, Darryn Frost témoigne dans la presse anglaise. Il est l'un des "héros" ayant permis d’immobiliser l'assaillant le 29 novembre dernier, à l'aide d'une défense de narval.

Il ne portait pas une cape, mais une défense de narval. Darryn Frost fait partie de ces passants qui, avec les moyens du bord, ont immobilisé un assaillant, le 29 novembre dernier, sur le pont de Londres, après qu'il a fait deux victimes dont les obsèques ont été célébrées ce vendredi. Témoignage de ce "Londonien ordinaire" dont la "bravoure et l'héroïsme" ont été salués par le maire de la ville. 

Lire aussi

Face à lui, un homme muni "d'un couteau dans chaque main"

Comme les deux victimes du terroriste, Saskia Jones et Jack Merritt, l’homme de 38 ans participait lui aussi à une conférence qui se tenait au célèbre Fishmonger's Hall, dans la capitale anglaise. C’est en tant que fonctionnaire du ministère de la Justice qu’il est présent. Alors qu’il discute avec des collègues, il entend soudain du vacarme aux étages inférieurs. Prenant rapidement connaissance de la situation, il décide de prendre un objet de décoration des lieux pour se défendre : une corne de narval accrochée au mur. L’homme originaire d’Afrique du sud se remémore ainsi cette journée auprès de la Press Association: "Je l'ai utilisée pour me défendre, mais aussi les autres, de l’assaillant". Après avoir dévalé les escaliers, il se retrouve à côté d’un autre homme, qui tient Usman Khan, l’attaquant, "à distance grâce à une chaise en bois". 

L'homme qu’il confronte a "un couteau dans chaque main". Mais surtout, pris au piège, ce dernier dit avoir un engin explosif, qui se révélera factice, autour de sa taille. "C’est alors que l'homme qui était à côté de moi, a jeté sa chaise sur l'assaillant, qui a alors couru vers lui, ses couteaux levés au-dessus de la tête."

L’assaillant parvient ensuite à s’enfuir du bâtiment et se retrouve à une centaine de mètres plus loin, sur le London Bridge. Mais Darryn Frost n’en démord pas. "Nous l’avons suivi, tout en criant pour avertir les passants du danger." Ce n’est qu’après l’arrivée d’autres badauds qu’ils arrivent à le "retenir au sol". "À ce moment-là, je tentais d'isoler les couteaux en tenant ses poignets pour qu'il ne puisse blesser personne ni déclencher sa ceinture." C’est en effet lui qu’on voit, sur les vidéos amateurs, en train de tenir l’homme au sol avant l’intervention des forces de l'ordre, qui neutraliseront Usman Khan.

Lire aussi

Alors qu’il a fait preuve d’un courage indéniable, cet homme, qui vit au Royaume-Uni depuis 14 ans, n’avait encore jamais pris la parole. Auprès de l’agence anglaise, il dit vouloir du "temps et de l'espace" pour continuer son long processus de rétablissement. S’il témoigne aujourd’hui ce n’est pas pour devenir un héros. Il a surtout voulu profiter des obsèques des deux victimes pour parler de son projet, "Extinction de la haine", qu’il a lancé afin de "contrer la propagation de la peur, de la haine ou de l'intolérance au sein de nos communautés". 

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent