Commission européenne: la candidature de Sylvie Goulard rejetée, l'opposition dénonce "une claque" pour Emmanuel Macron

International

DÉSAVEU - La candidature de Sylvie Goulard au poste de commissaire européen a été rejetée par les eurodéputés jeudi. C'est un camouflet politique pour cette ancienne ministre mais aussi pour Emmanuel Macron.

Elle ne deviendra pas commissaire européen.  Sylvie Goulard a subi un camouflet ce jeudi. Sa candidature a été rejetée par les eurodéputés.  L'ancienne ministre des Armées avait été convoquée pour une deuxième audition devant le parlement jeudi. Elle avait appelé les députés à voter "en leur âme et conscience". Sa candidature a été refusée par 82 eurodéputés contre 29.

La candidate française a démissionné en juin 2017 de son poste de ministre  de la Défense après sa mise en cause dans une enquête sur des emplois présumés fictifs d'assistants d'eurodéputés MoDem, son parti politique. L'Office anti-fraude de l'UE a également ouvert une enquête sur la même affaire. Les  deux procédures sont en cours, Sylvie Goulard n'ayant pas été mise en examen pour l'heure. 

Lire aussi

"La France ridiculisée"

Sylvie Goulard, dont la candidature avait été défendue par Emmanuel Macron, était pressentie pour l'important portefeuille de commissaire responsable du marché intérieur, de l'industrie, du numérique, de  la défense et de l'espace. "Je prends acte de la décision du Parlement européen, dans le respect de la démocratie", a réagi l'ex-ministre, remerciant le chef de l'Etat pour sa confiance. 

Dans l'opposition, des voix se sont immédiatement élevées pour dénoncer un "camouflet" subi par Emmanuel Macron. "Sylvie Goulard récusée ! La France ridiculisée par les choix de Macron", a fustigé le député LFI Jean-Luc Mélenchon. 

"Le rejet massif de Sylvie Goulard [...] est une claque pour Emmanuel Macron", a également estimé l'eurodéputé Raphaël Glucksmann (Place Publique). "Son arrogance a affaibli la position française en Europe. Un Parlement n'est pas une simple chambre d'enregistrement et c'est bien de le lui rappeler parfois." 

L'eurodéputée EELV Marie Toussaint a expliqué à LCI avoir voté contre la candidature de Sylvie Goulard au nom de "l'éthique". La présidente du RN, Marine Le Pen, a enfin jugé qu'il s'agissait d'un "désaveu cinglant" pour Emmanuel Macron, qui "apparaît de plus en plus isolé en Europe". 

"Je ne comprends pas", réagit Emmanuel Macron

"Nous prenons acte du vote négatif du Parlement européen", a réagi l'Elysée auprès de LCI. "Ni sa compétence ni son engagement européens ne sont en cause, ils sont reconnus de tous. Sylvie Goulard a fait l'objet d'un jeu politique qui touche la Commission européenne dans son ensemble. Le Président échangera avec Ursula von der Leyen - la présidente de la commission, NDLR - pour examiner les suites à donner, dans le respect du portefeuille attribué à la France."

De la même façon, l'eurodéputé LaREM Stéphane Séjourné a jugé que l'ancienne ministre avait été "très clairement otage de jeux politiques nationaux et européens". "Cela montre que depuis le début, il n'a jamais été question de ses compétences. Les ressentiments ne doivent pas écrire la politique européenne", a-t-il ajouté. 

"J'avais proposé plusieurs candidats à la présidente de la Commission car l'important était le projet", a réagi vivement Emmanuel Macron un peu plus tard, lors d'un déplacement à Lyon. "Je ne comprends comment, quand la présidente de la Commission et les présidents de groupe se sont mis d'accord, on peut arriver à un résultat comme cela. Je ne comprends pas. Il faut que l'on m'explique", a-t-il ajouté. 

Lire et commenter