Comprendre la crise au Proche-Orient : zoom sur les colonies

International

DECRYPTAGE - Pour cerner au mieux la crise qui secoue actuellement le Proche-Orient, au bord d'une troisième intifada, metronews vous propose de vous arrêter sur les points de crispation du conflit. Aujourd'hui, zoom sur les colonies, qui reviennent régulièrement dans le débat.

 Depuis quand existent-elles ?
A l’issue de la guerre des "Six jours" en juin 1967, Israël triple son emprise territoriale : elle occupe désormais la bande de Gaza, la Cisjordanie et Jérusalem-Est. De cette annexion découle la création en septembre d’une première colonie, Kfar Etzion, au sud de Jérusalem. La première d’une longue série, le gouvernement se lançant dans une vaste campagne de "judaïsation."

Le mouvement s’amplifie en 1977, quand le Likoud (droite) arrive au pouvoir. Le Premier ministre Menahem Begin étend la législation israélienne à la bande de Gaza et à la Cisjordanie. Les chiffres parlent d’eux-mêmes : de 50.000 colons en 1987, avant la première Intifada, le nombre passe à 260.000 colons en 1993, avant les Accords d'Oslo. Malgré ces derniers, le rythme des constructions s’accentuent, le gouvernement construisant même des routes de contournement, réservées aux colons, pour relier directement les colonies à Israël. Ils sont environ 440.000 en 2003, après la seconde Intifada.

A LIRE AUSSI >>  Comprendre la crise au Proche-Orient : zoom sur l'esplanade des Mosquées

 Combien y a t il de colons à l’heure actuelle ?
Selon le Bureau central des statistiques israélien, on comptait en Cisjordanie - hors Jérusalem donc - près de 400.000 colons en 2014. Mais selon l’ONG B'Tselem, qui se présente comme le "centre israélien d’information pour les droits de l’homme dans les territoires occupés", ils seraient nettement plus nombreux : 531.000 en 2014. Pour les seuls quartiers israéliens de Jérusalem Est, on dénombrait 190.000 colons fin 2011.

► Sont-elles légales ?
Selon la Convention de Genève, les colonies de peuplement sont illégales. En effet, l'article 49 précise que "la Puissance occupante ne pourra procéder à la déportation ou au transfert d'une partie de sa population civile dans le territoire occupé par elle". Pour la communauté internationale, ces colonies qui constituent un fait accompli sont donc illégales. 

 Quelle est la position du gouvernement israélien ?
Réélu en mars après avoir fait promis durant sa campagne que la construction de logements allaient demeurer à Jérusalem-Est, Benjamin Netanyahu est passé de la parole aux actes fin juillet. Le Premier ministre a ordonné la construction "immédiate de 300 logements" à Beit El, une colonie située au nord de Ramallah (Cisjordanie). Par ailleurs, "Bibi" s’est toujours posé en farouche défenseur de l’alya : en janvier dernier, après les attentats de Paris, il lançait un appel sans équivoque :  "L'état d'Israël ce n'est pas seulement le lieu vers lequel vous vous tournez pour prier, l'Etat d'Israël c'est votre foyer".

A LIRE AUSSI >> Proche-Orient : vers une troisième Intifada, vraiment ?

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter