Condamné à mort, Richard Glossip obtient un sursis de dernière minute

International

ETATS UNIS - La justice américaine a accordé un sursis de deux semaines à un condamné à mort qui devait être exécuté mercredi, après une forte mobilisation de ses nombreux soutiens convaincus de son innocence.

Sur le fil. La justice américaine a reporté ce mercredi l’exécution de Richard Glossip, une heure avant son injection létale. Cet homme blanc va désormais bénéficier d’un sursis de deux semaines, après une forte mobilisation de ses nombreux soutiens convaincus de son innocence.

Les juges ont expliqué dans leur décision accorder ce délai pour "assurer un examen équitable" de nouveaux recours déposés par la défense de Glossip, qui clame son innocence depuis 18 ans. Un sursis inconcevable il y a encore quelques heures : la gouverneure de l'Oklahoma, Etat rural et conservateur, avait en effet refusé d'accorder une dernière à Richard Glossip.

A LIRE AUSSI >>  Richard Glossip, un innocent sur le point d'être exécuté ?
 
Des lacunes dans son dossier

Pourtant, tout porte à croire que les charges qui pèsent sur cet homme sont fragiles. Ses avocats dénoncent les lacunes de son dossier judiciaire et affirment que de nouveaux éléments de preuve devraient suffire à renverser le verdict qui a reconnu coupable Richard Glossip d'avoir commandité en 1997 le meurtre du propriétaire d'un motel dont il assurait la gestion.

Il avait recruté un jeune de 19 ans, Justin Sneed, qui avait avoué l'homicide. Sauf que c’est sur la seule base de ce témoignage que sa condamnation serait fondée, selon ses soutiens. En plaidant coupable et en impliquant Glossip, Justin Sneed a en effet pu éviter la peine de mort pour lui-même et a négocié une réclusion à perpétuité. Un élément du dossier que se détracteurs n'hésiteront sans doute pas à soulever durant les deux prochaines semaines, où Richard Glossip devrait jouer son va-tout. 

A LIRE AUSSI >> Etats-Unis : la Cour suprême valide une méthode d'exécution controversée

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter