Les 27 pays de l'Union européenne s'accordent sur un plan de sauvetage à 500 milliards d'euros

Les 27 pays de l'Union européenne s'accordent sur un plan de sauvetage à 500 milliards d'euros
International

SOUTIEN - Les 27 pays de l'UE se sont mis d'accord ce jeudi sur une réponse commune face à l'épidémie, a annoncé le ministre de l'Economie Bruno Le Maire. Soit un accord incluant "500 milliards d'euros disponibles immédiatement" et "un fonds de relance à venir".

Les ministres européens des Finances sont parvenus ce jeudi 9 avril à un accord sur une réponse économique commune face au coronavirus après avoir trouvé un terrain d'entente avec les Pays-Bas qui bloquaient les discussions depuis mardi.

Le ministre français des Finances, Bruno Le Maire, a salué un "excellent accord" incluant "500 milliards d'euros disponibles immédiatement" et "un fonds de relance à venir". "L’Europe décide et se montre à la hauteur de la gravité de la crise" a-t-il tweeté.

Ce consensus constitue un soulagement pour les Européens qui parviennent à afficher une unité face aux conséquences économiques désastreuses du virus, après des semaines d'atermoiements mettant en évidence une fracture béante entre les pays du Nord et ceux du Sud.

L'accord entre les 27 "marque un jour important pour l'UE", a ajouté Bruno Le Maire. Il s'agit d'un "grand jour pour la solidarité européenne", a confirmé de son côté le ministre allemand des Finances, Olaf Scholz. 

Lire aussi

Quid des coronabonds ?

Le texte final évoque un "fonds de relance" dont "les aspects juridiques et pratiques", notamment le "financement" devra encore être défini. C'est la seule ombre au tableau, soit la question des "coronabonds" ou "eurobonds". Les pays les plus affectés par le virus, en particulier l’Italie, réclament en effet la création d’un "fonds" de relance qui puisse être financé par de la dette commune, et donc un taux d'intérêt unique, qui s'applique différemment selon les pays. Parmi ces pays figurent aussi l’Espagne et la France, ainsi que la Grèce, Malte, le Luxembourg ou l’Irlande. Or, la mutualisation des dettes constitue une ligne rouge pour Berlin et La Haye, qui refusent de s’inscrire dans une démarche commune avec les États très endettés du Sud, qu'ils jugent laxistes dans leur gestion. 

Lire aussi

Les deux autres axes de réponse des Européens face au virus étaient en revanche plus consensuels : un fonds de garantie de la Banque européenne d’investissement (BEI) permettant de mobiliser jusqu’à 200 milliards d’euros pour les entreprises et une garantie de 100 milliards d’euros maximum de la Commission européenne pour soutenir les plans nationaux de chômage partiel. 

Cette réponse unitaire était d'autant plus indispensable que l'économie européenne se dirige en 2020 vers une profonde récession, le Fonds monétaire international estimant même que le coronavirus pourrait engendrer au niveau mondial "les pires conséquences économiques depuis la Grande Dépression" de 1929.

Écoutez cet épisode quand vous le souhaitez

- Sur Apple Podcast

- Sur Spotify

- Sur Deezer

Et sur toutes les autres plateformes et applications de podcast en cherchant "On Déconfine l’info". 

Toute l'info sur

Coronavirus : l'impact économique de la pandémie

#Perriscope n° 23 - "Faire payer les riches", est-ce raisonnable ? Un million de chômeurs en plus en France ? "C'est possible"... mais pas inéluctable

Retrouvez notre podcast quotidien pour vous accompagner le temps que durera l’épidémie de Covid-19, pendant le confinement, et pour préparer la vie d’après. Tous les jours, Cédric Ingrand et les rédactions de TF1 et LCI répondent à vos questions, sur la santé, l’économie, la vie quotidienne, pour mieux vivre cette période si particulière, et même en trouver les côtés positifs.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent