Conflit au Nagorny-Karabakh : vers un cessez-le-feu ce week-end ?

La table des négociations à Moscou, avec les Ministres des affaires étrangères de Russie, d'Arménie et d’Azerbaïdjan.

DIPLOMATIE - Les négociations entre les ministres arménien et azerbaïdjanais des Affaires Etrangères ont commencé vendredi à Moscou dans l'espoir de mettre fin au conflit qui oppose leurs pays dans la région séparatiste du Nagorny-Karabakh, où d'intenses combats persistent.

Après de longs jours de conflits au Nagorny-Karabakh et plusieurs centaines de morts arméniens comme azerbaïdjanais, tant parmi les civils que parmi les forces armées, la situation pourrait peut-être, enfin, s'apaiser. Une médiation internationale, organisée par la France, la Russie et les Etats-Unis va permettre aux deux pays de reprendre le processus de paix.

Jusqu'alors sourds aux appels à la trêve de la communauté internationale, l'Arménie et l’Azerbaïdjan ont envoyé leurs ministres des Affaires étrangères à Moscou, pour tenter d'amorcer un dialogue sur la région séparatiste du Nagorny-Karabakh, où les combats se poursuivent.

Lire aussi

La France et la Russie se placent en médiateurs de ce conflit

"On s'oriente vers une trêve ce soir ou demain mais c'est encore fragile", a déclaré l'Elysée à l'issue d'échanges téléphoniques entre Emmanuel Macron les chefs d'Etats concernés, jeudi soir et vendredi matin. Dans la foulée de ces appels, Le Premier ministre russe, Mikhaïl Michoustine, a rencontré son homologue arménien à Erevan, capitale arménienne. Suite à ces échanges, les chefs des diplomaties des deux pays ont donc accepté, sur une invitation du président Vladimir Poutine, de se retrouver dans la capitale russe pour des négociations, qui ont commencé ce vendredi en début d'après-midi.

Le Premier ministre arménien Nikol Pachinian a déclaré "être prêt" à reprendre les discussions avec l'Azerbaïdjan grâce à l'accompagnement du "groupe de Minsk", nom donné au groupe des trois Etats faisant office de médiateurs dans ce conflit. Le président azerbaïdjanais Ilham Aliev, a lui annoncé depuis Bakou laisser une "dernière chance à l'Arménie de régler le conflit pacifiquement" dans une allocution télévisée. "Nous retournerons de toute façon sur nos terres. C'est leur chance historique".

Des appels à un "cessez-le-feu" d'ici la fin des discussions

C'est le premier espoir d'un arrêt des hostilités depuis la reprise des combats, le 27 septembre. Un espoir urgent car pendant ce temps, d'intenses combats font toujours rage sur le front, comme l'a confirmé à l'AFP le Centre d'information du gouvernement arménien ainsi que le ministère de la Défense de l'Azerbaïdjan. Chaque camp accusant l'autre de viser des civils.

En attendant le résultat des négociations qui devraient durer plusieurs jours, Vladimir Poutine a donc appelé "à l'arrêt des combats dans le Nagorny-Karabakh pour des raisons humanitaires, en vue d'échanger les corps des morts et les prisonniers", selon le communiqué du Kremlin.

Dans le même temps, la Haute-Commissaire de l'ONU aux droits de l'Homme, Michelle Bachelet, a demandé un "cessez-le-feu urgent face à l'impact sur les civils". Elle juge "très inquiétant de constater que ces derniers jours des zones peuplées auraient été prises pour cible et bombardées à l'arme lourde dans la zone de conflit et ses environs" et rappelle "à tous les Etats ayant une influence sur les parties au conflit, qu'ils sont tenus par le droit international de faire tout ce qui est en leur pouvoir pour assurer le respect du droit international humanitaire". Mme Bachelet a par ailleurs appelé tous les dirigeants politiques de ce conflit à s'abstenir d'utiliser un "discours haineux" : "ce qu'il faut de la part de tous, c'est un dialogue constructif visant à protéger les droits humains et à favoriser une solution politique durable au conflit". 

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - "Lever le confinement le 15 décembre, ce ne sera pas baisser la garde", souligne Gabriel Attal

CARTE - Confinement : regardez jusqu’où vous pourrez sortir autour de chez vous dès le 28 novembre

"Cessons de dire des bêtises" : taxé de racisme après sa parodie d’Aya Nakamura, Omar Sy se défend

Allègement du confinement : les mesures détaillées jeudi à 11h par Jean Castex

L'ouverture des stations de ski "impossible" pour les vacances de Noël

Lire et commenter