Conflit Iran - États-Unis : faut-il se fier à cette vidéo montrant le lancement de dizaines de missiles en pleine nuit ?

Plusieurs dizaines de missiles sont lancés dans cette vidéo.
International

Toute L'info sur

Iran - Etats-Unis : l'inquiétante escalade

À LA LOUPE – Suite à l'annonce de tirs de missiles par l'armée iranienne sur des bases américaines, une vidéo circule sur les réseaux sociaux et montre d'importants tirs de missiles en pleine nuit. Ces images sont-elles récentes et liées au conflit entre les deux pays ? LCI a remonté leur trace.

Suite à l'annonce de frappes de missiles par l'Iran sur des bases américaines en Irak, des vidéos se sont propagées sur les réseaux sociaux. Parmi elles, celle d'une opération impressionnante, tournée en pleine nuit. Des images sur lesquelles on observe plusieurs dizaines de missiles tirés en rafale durant près de 20 secondes. Les internautes qui relaient cette vidéo sur Twitter n'hésitent pas à employer le mot-clé "WW3", acronyme anglophone de "Troisième Guerre mondiale".

À la recherche d'informations fiables sur les réseaux sociaux, beaucoup de personnes se sont interrogées sur la provenance exactes de ces images, soupçonnant une "fake news". Le nombre de missiles ici filmés est en effet très largement supérieur aux chiffres communiqués dans les médias.

Aucun lien avec le conflit Iran - États-Unis

Cette séquence a-t-elle été tournée ces dernières heures ou ces derniers jours ? Non. Après de rapides recherches en ligne, on peut observer que la vidéo a été postée à plusieurs reprises par le passé, que ce soit en entier ou via des extraits. Sur YouTube, ces tirs sont parfois présentés comme des exercices russes, mais aussi (déjà) comme une action militaire iranienne. Quelle qu'en soit l'origine, le fait que ces publications datent d'il y a plusieurs mois confirme l'absence de lien avec les attaques revendiquées par l'Iran en ce début de semaine. 

Lire aussi

La question qui se pose alors est celle de l'origine de ces images, et donc de ces tirs. Ces derniers, très nourris, ressemblent à ceux effectués par des véhicules d'artillerie mobiles, sortes de gros lance-missiles sur roues surnommés "multiple launch rocket system" ou "MLSR". Plusieurs armées en utilisent à travers le monde, notamment celle ukrainienne, comme on l'observe sur la photo ci-dessous. 

Certaines pistes nous mènent au Qatar lorsque l'on tente d'identifier l'origine de la séquence. Plusieurs clips similaires (ici ou ) ont en effet été mis en ligne, et présentent de larges similitudes. La confusion serait aisée, mais la phase de tir n'est pour autant pas aussi longue, ce qui ne permet pas d'effectuer un lien direct et formel. 

Direction Oman ?

Une autre hypothèse nous rapproche du Golfe Persique. Une publication mise en ligne le 2 novembre 2018 sur le portail d'information chinois "QQ" (édité par Tencent), met en avant une publication du tabloïd Global Times, via sa rubrique "militaire". L'article s'intéresse à un exercice mené par l'armée britannique, en collaboration avec celle du sultanat d'Oman. 

Une vidéo est également mise en ligne et débute par les mêmes images de missiles. Les plans qui suivent montrent diverses manœuvres militaires. Le nom de l'opération est mentionné : "Exercise Saif Sareea 3", et des recherches en ligne permettent de vérifier que les dates coïncident. Le site de l'armée anglaise a d'ailleurs indiqué officiellement qu'entre le 29 octobre et le 3 novembre, une "firepower demonstration" ou "démonstration de la puissance de feu" était programmée, avec une mobilisation conjointe des deux armées. 

La prudence reste néanmoins de mise, car les images de missiles relayées par le site chinois sont les seules sur lesquelles n'apparaissent pas les logos de armées britanniques et omanaises. Ces derniers sont affichés sur toutes les autres séquences, et l'on pourrait ainsi imaginer que la vidéo intégrale se compose d'images venant de sources différentes... Pour essayer d'authentifier formellement la source de ces tirs de missiles et valider l'hypothèse d'entraînements dans le désert d'Oman, LCI a contacté le ministère de la Défense britannique, sans réponse pour le moment. 

Vous souhaitez réagir à cet article, nous poser des questions ou nous soumettre une information qui ne vous paraît pas fiable ? N'hésitez pas à nous écrire à l'adresse alaloupe@tf1.fr

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent