Conflit sur la pêche : "On se donne quelques jours pour voir si ce dialogue est réel", affirme Clément Beaune

Conflit sur la pêche : "On se donne quelques jours pour voir si ce dialogue est réel", affirme Clément Beaune

MISE AU POINT - Invité de LCI ce jeudi, le secrétaire d'État aux affaires européennes a affirmé être d'un "optimisme prudent" pour obtenir des Britanniques les licences de pêche manquantes. Pour l'heure, de nombreux désaccords demeurent.

Un (nouveau) premier pas vers la résolution du conflit ? Alors que la situation est enlisée depuis plusieurs semaines sur l'attribution des licences de pêches, les secrétaires d'État français et britannique se sont rencontrés ce jeudi à Paris. "On n’a pas résolu nos désaccords", indique toutefois Clément Beaune, invité de LCI. Malgré tout, cet entretien au sommet semble avoir permis de relancer des négociations qui ont récemment semblé sans issue. 

Toute l'info sur

Pêche post-Brexit : le torchon brûle entre la France et le Royaume-Uni

"On a des mesures de pressions sur les Britanniques. Quand nous les avons évoqué, cela a débloqué le dialogue", confirme le secrétaire d'État aux affaires européennes. "On n'a aucune naïveté, on se donne quelques jours pour voir si ce dialogue est de façade ou s’il est réel", tempère-t-il toutefois, se disant prêt à mettre en application les "mesures de pression" précédemment annoncées. 

De maigres progrès

Dans un second temps, le ministre est revenu sur les (petites) concessions arrachées au gouvernement britannique. "Ces derniers jours, nous avons obtenu que des licences, jusque-là provisoires, deviennent définitives", explique-t-il. "Dans les 200 licences [qui font encore l'objet de désaccord, ndlr], certaines sont provisoires et l’on veut qu’elles deviennent définitives. D’autres ne sont pas là du tout", précise-t-il encore. À noter que la plupart de ces licences manquantes sont essentiellement concentrées dans deux régions, les Hauts-de-France et les îles Anglo-normandes. "On ne demande pas à renégocier l’accord du Brexit, on demande de l’appliquer", rappelle Clément Beaune, qui se veut "d'un optimisme prudent"

Ce vendredi, les dirigeants franco-britanniques vont s'entretenir avec leurs homologues européens. Les discussions techniques entre Londres et Paris reprendront, elles, en début de semaine prochaine. D'ici là, aucune mesure de rétorsion ne sera mise en œuvre. 

Lire aussi

Pour rappel, en vertu de l'accord du Brexit, les pêcheurs européens peuvent continuer à travailler dans certaines eaux britanniques à condition de pouvoir prouver qu'ils y pêchaient auparavant. Mais Français et Britanniques se disputent sur la nature et l'ampleur des justificatifs à fournir pour obtenir des licences, d'où la naissance d'une brouille diplomatique de grande envergure. 

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Covid-19 : que sait-on des symptômes du variant Omicron ?

EN DIRECT - Covid-19 : près de 32.000 cas ces dernières 24 heures

"Ça ne finit pas de tomber" : la galère des automobilistes bloqués par la neige sur l’A89

VIDÉO - Victime de violences conjugales, Camille Lellouche se livre dans "Sept à Huit"

VIDÉO - Sur les côtes anglaises, les habitants assistent consternés à l'arrivée de centaines de migrants

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.