Contacts de Jeff Sessions avec la Russie : Donald Trump à la rescousse de son ministre de la Justice

Ces chiffres sont inédits aussi tôt dans un mandat présidentiel.
International

SOUTIEN - Donald Trump a affirmé son soutien à Jeff Sessions, son ministre de la Justice, jeudi 2 mars. Accusé d'avoir menti au Sénat concernant ses contacts avec la Russie, cet homme fort de l'administration Trump s'est récusé plus tôt dans la journée des enquêtes sur l'implication de la Russie dans la campagne et l'élection américaine.

Donald Trump a fini par voler au secours de son ministre de la Justice Jeff Sessions après une journée bien agitée.  Le président des Etats-Unis a dénoncé jeudi 2 mars dans un communiqué une "chasse aux sorcières" à l'encontre de son ministre alors que le camp démocrate appelle à la démission de Jeff Sessions accusé d'avoir menti au Sénat concernant ses contacts supposés avec l'ambassadeur russe aux Etats-Unis.  

Le ministre a en effet reconnu avoir rencontré le diplomate russe à deux reprises l'année dernière durant la campagne alors qu'il  avait affirmé le contraire en janvier. Il s'est toutefois défendu, affirmant que ses entrevues avec l'ambassadeur avaient eu lieu dans le cadre de sa fonction de sénateur et non de représentant de la campagne de Donald Trump.

Voir aussi

Des imprécisions "pas intentionnelles"

"Jeff Sessions est un honnête homme", a écrit Donald Trump. Le milliardaire reconnaît toutefois que son ministre aurait pu répondre "plus précisément" lorsque la commission parlementaire l'a interrogé sur ses éventuels contacts avec des responsables russes.  "Mais ce n'était clairement pas intentionnel", argumente le président. "Il n'a rien dit de faux." 

"Toute cette histoire est une façon de ne pas perdre la face pour les démocrates qui ont perdu une élection que tout le monde pensait qu'ils devaient gagner", accuse encore Donald Trump, assurant que l'opposition a "perdu le sens de la réalité". "La véritable histoire, c'est toutes les fuites illégales d'informations classées et d'autres informations. C'est une véritable chasse aux sorcières ! ", conclut-il. 

Voir aussi

Un nombre croissant de parlementaires de l'opposition démocrate mais aussi de la majorité républicaine appelaient  "l'Attorney General" à s'exclure de lui-même de l'enquête conduite par le FBI sur la campagne de piratage et de désinformation attribuée à Moscou après ses aveux. Lors d'une conférence de presse, Jeff Sessions a cédé et annoncé jeudi qu'il se récusait dans toute enquête sur la campagne. Il a également rappelé que c'était son rôle de sénateur de rencontrer des diplomates, et qu'il avait parlé de "choses normales" avec l'ambassadeur russe, disant ne pas se souvenir si le sujet de l'élection avait été abordé. 

Après la démission de Michael Flynn, son conseiller à la sécurité, le 13 février, Donald Trump ne parvient pas à mettre un terme à cette affaire russe, alors qu'il avait réussi à faire oublier les affaires mardi face aux Congrès

En vidéo

Un baptême du feu réussi pour Donald Trump

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter