Contre l’accueil des migrants en Europe, Matteo Salvini veut créer une "Ligue des Ligues" nationalistes

Contre l’accueil des migrants en Europe, Matteo Salvini veut créer une "Ligue des Ligues" nationalistes

DirectLCI
PROTECTIONISME – Dimanche 1er juillet, le ministre de l’Intérieur italien Matteo Salvini a proposé de créer une "Ligue des Ligues" en réunissant plusieurs partis nationalistes, soucieux de fermer les frontières européennes aux migrants.

"Défendre" ses frontières coûte que coûte face à l’afflux de migrants. Cet objectif, Matteo Salvini en a fait son mantra alors que la question migratoire agite l’Europe ces dernières semaines. Et pour mettre toutes les chances de son côté, le ministre italien de l’Intérieur a insisté dimanche sur l’importance de la convergence des protectionnismes européens. "Je pense à une Ligue des Ligues en Europe, qui unisse tous les mouvements libres qui veulent défendre leurs frontières et le bien-être de leurs enfants", a-t-il détaillé face à 50.000 militants de la Ligue, le parti d’extrême droite qu’il dirige, connu pour son euroscepticisme et son hostilité envers les migrants. 

"Pour gagner, nous devions unir l'Italie, maintenant nous allons devoir unir l'Europe", a martelé Matteo Salvini, citant pêle-mêle plusieurs personnalités susceptibles de rejoindre sa cause, de Marine Le Pen ( Rassemblement national) au Premier ministre hongrois Viktor Orban (Fidesz) en passant par le chancelier Sebastian Kurz (Parti populaire autrichien). "Ce que nous avons réussi à faire cette année, l'année prochaine, nous le ferons au niveau continental", a–t-il ajouté, évoquant la tenue des élections au Parlement européen en mai prochain. 

En vidéo

Matteo Salvini aux migrants : "Préparez-vous à faire vos valises"

Pour mémoire, Matteo Salvini a suscité la controverse début juin en prenant des mesures contre les associations venant en aide aux migrants en Méditerranée. Estimant qu’elles collaborent avec les passeurs, le ministre de l’Intérieur leur a tout bonnement interdit l’accès aux ports italiens. De quoi provoquer des tensions avec Emmanuel Macron, ce dernier affirmant notamment que l'Italie ne vivait pas "une crise migratoire mais une crise politique" stimulée par "des extrêmes qui jouent sur les peurs". 


Des déclarations qui n'ont pas échappé au chef de file de la Ligue. Lequel rappelle que le président français n’a pas tenu ses engagements quant à l’accueil des migrants sur le territoire français. Il ferait ainsi mieux de "se laver la bouche parce que l'Italie à fait beaucoup plus que les Français qui continuent de repousser des personnes à Vintimille", à la frontière franco-italienne.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter