Convention républicaine : la haine anti-Clinton pour rassembler le parti

Convention républicaine : la haine anti-Clinton pour rassembler le parti

ETATS UNIS - Plagiat de Michelle Obama, désunion flagrante... les Républicains ont achevé ce vendredi une Convention compliquée. Seule solution pour fédérer les troupes : attiser la haine envers Hillary Clinton, coupable de tous les maux selon les caciques du parti et les militants.

A défaut d’être "pour" Trump, les républicains ont décidé d’être tous "contre" Hillary Clinton. A l’heure où s’achève la convention de Cleveland, la haine contre la démocrate semble en effet être le seul point commun des militants et des élus. Quitte à déformer la réalité…

Il faut dire que les opposants à l’ancienne secrétaire d’Etat rivalisent d’arguments pour contester sa candidature. Et réclamer ni plus ni moins qu’un aller simple en prison. "Enfermez-la", ont scandé les militants républicains à plusieurs reprises, certains le poing levé, trop heureux de répondre "coupable". Dans le ciel de Cleveland, de petits avions survolent même la ville en traînant des banderoles affirmant "Hillary en prison".

À LIRE AUSSI >>  Avortement, mur avec le Mexique… Le programme ultra-conservateur de Trump et des républicains

Procès de ses échecs

Lundi, l'ancien maire de New York Rudy Giuliani avait été l'un des premiers à lancer la charge, jouant de la peur du terrorisme et l'accusant de "manquement à ses devoirs" dans le drame de Benghazi, où quatre Américains, dont l'ambassadeur Christopher Stevens, avaient été tués en 2012.

Rebelote le lendemain, avec le gouverneur du New Jersey Chris Christie. Cet ancien procureur fédéral a lui aussi fait son procès, dressant la liste des échecs supposés de la diplomatie américaine quand elle était secrétaire d'Etat (2009-2013), de la Syrie au Nigeria en passant par la Libye, l'Iran, Cuba, la Chine et la Russie. Et affirmant qu'elle avait rendu le monde moins sûr. "Est-elle coupable ou non coupable ?" a-t-il demandé une demi-douzaine de fois à la foule réunie dans l'immense salle omnisports où se tient la convention.

"Brûlez-la sur le bûcher"

L’affaire des e-mails, les frasques de son époux Bill… Rien n’est épargné à la candidate. Quant à l'ancien candidat aux primaires Ben Carson l’a tout simplement comparée… à Lucifer. Selon l’AFP, des 25 discours prononcés mardi soir, 19 étaient anti-Hillary, six seulement majoritairement consacrés à chanter les louanges de Trump, dont deux prononcés par ses enfants Eric et Tiffany.

Autant d’approximations qui ont le don d’agacer le camp Clinton. Son équipe de campagne a dénoncé mercredi une "chasse aux sorcières". "Ils étaient à un doigt de crier 'brûlez-la sur le bûcher'", a-t-elle écrit dans un communiqué, en évoquant "un tournant sombre dans la politique américaine, un signe que notre pays est au bord de quelque chose de dangereux". Nul doute que la convention démocrate, prévue la semaine prochaine, saura répondre à Donald Trump.

EN SAVOIR + >>  Etats-Unis : Donald Trump sacré candidat républicain à la Maison-Blanche

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Covid-19 : 12.096 personnes hospitalisées dont 2191 en soins critiques

Présidentielle 2022 : blessé au poignet en début de meeting, Éric Zemmour porte plainte

Un vaccin qui "n'empêche pas la transmission", est-ce vraiment "du jamais-vu depuis Pasteur" ?

Télétravail, vaccination des enfants... Ce qui pourrait être annoncé à l'issue du Conseil de défense lundi

SONDAGE EXCLUSIF : Forte percée de Valérie Pécresse, Emmanuel Macron toujours en tête

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.