Convoi en Ukraine : la Russie passe en force, Kiev dénonce une "invasion directe"

International
DirectLCI
CRISE - Jugeant que tous les "prétextes" pour le retarder avaient été épuisés, Moscou a fait entrer en Ukraine vendredi son convoi humanitaire bloqué du côté russe de la frontière depuis plus d'une semaine. Kiev accuse les Russes d'une "invasion directe".

La situation se tend encore entre Kiev et Moscou. La Russie a passé outre les mises en garde de l'Ukraine, vendredi, en décidant d'envoyer sans plus attendre dans l'est du pays son convoi humanitaire bloqué à la frontière depuis plus d'une semaine . "Tous les prétextes pour retarder la livraison de l'aide aux zones en situation de catastrophe humanitaire ont été épuisés. La Russie a décidé d'agir", a annoncé Moscou. Aussitôt, plusieurs camions blancs, sur les près de 300 que comprend le convoi, se sont mis en route vers les douanes ukrainiennes, en zone de transit. Selon Reuters, au moins 70 véhicules ont passé la frontière.

Pas d'escorte de la Croix-Rouge

Les autorité ukrainiennes, qui craignent que le convoi ne fasse l'objet d'une provocation de la part des insurgés et ne serve de prétexte à une intervention russe, ont vivement réagi. Le ministère des Affaires étrangères a dénoncé "les violations flagrantes du droit international et de l'inviolabilité des frontières", répétant craindre "des provocations délibérées". "Nous disons que c'est une invasion directe. Il s'agit de véhicules militaires sous le couvert cynique de la Croix-Rouge", a pour sa part déclaré Valentin Nalivaïtchenko, le chef des services de sécurité ukrainiens.

De son côté, le Comité international de la Croix-Rouge (CICR) s'est empressé d'assurer que ses représentants n'escortaient pas le convoi controversé, car ils n'ont pas reçu de "garanties de sécurité suffisantes". Un témoin, cité par Reuters, affirme en revanche que les camions étaient accompagnés par un petit nombre de rebelles pro-Russes.


 

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter