"Devoir solennel", dénucléarisation, Trump : rencontre stratégique et (très) secrète entre Kim Jong-Un et Xi Jinping

HISTORIQUE - La Chine et la Corée du Nord ont confirmé mercredi que le dirigeant nord-coréen Kim Jong Un a bel et bien effectué une visite à Pékin pour y rencontrer le président chinois Xi Jinping. La détente se poursuit dans cette partie du monde.

C’est désormais confirmé. Le dirigeant suprême de la Corée du Nord, Kim Jong Un, a bien effectué un voyage jusqu’à Pékin (à bord de son train blindé ?) pour y rencontrer le président chinois Xi Jinping. La visite a duré plusieurs jours, de dimanche à mercredi selon l’agence Chine nouvelle. L’occasion pour les deux hommes, un mois et demi après l’apaisement né de l’organisation des JO d’hiver à Pyongyang, en Corée du Sud, d’aborder différents sujets majeurs concernant la situation politique en Asie mais aussi et surtout les relations avec les Etats-Unis.

Pékin, une évidence et un "devoir solennel" pour Kim Jong Un

Arrivé au pouvoir en Corée du Nord en décembre 2011, Kim Jong Un n’avait jusqu’à présent jamais quitté son pays en tant que chef d’Etat. C’est désormais chose faite.

Alors que la rumeur persistait depuis lundi et les révélations de médias japonais, le dictateur nord-coréen a bel et bien effectué un déplacement en Chine, de dimanche à ce mercredi. "Il n'y a aucun doute que ma première visite à l'étranger (devait être) pour la capitale chinoise, a déclaré lors d’un banquet Kim Jong Un, selon des propos rapportés par l’agence de presse nord-coréenne, KCNA. C'est mon devoir solennel, étant quelqu'un qui doit chérir et poursuivre les relations RPDC-RPC (ndlr : République populaire démocratique de Corée et la République populaire de Chine) à travers les générations."

Xi Jinping bientôt à Pyongyang ?

Allié historique et protecteur patenté du régime nord-coréen, Pékin avait montré récemment quelques signes d’agacement envers Pyongyang. Irritée par les velléités nucléaires de M.Kim, la Chine ne rejetait plus en bloc l’idée de sanctions à l’encontre de la Corée du Nord. Cette visite de M.Kim à M.Xi aura donc eu apparemment le mérite de ressouder les deux pays. A tel point que Kim Jong Un a à son tour invité Xi Jinping "à effectuer une visite officielle en RPDC à un moment approprié, et l'invitation a été acceptée avec plaisir". La dernière visite en date d’un président chinois en Corée du Nord date de 2005 (Hu Jintao).

Dénucléarisation et sommet avec les Etats-Unis ?

L’esprit des Jeux olympiques perdure. Deux mois après la détente dans la région qui a coïncidé avec les JO d’hiver de Pyeongchang, en Corée du Sud, Kim Jong Un ne semble pas opposé à la dénucléarisation de la péninsule coréenne. "Les deux voisins séparés seulement par un fleuve sont conscients de l'importance de la paix et la stabilité régionales", a notamment déclaré le dirigeant nord-coréen. Ajoutant : "Notre position constante est d'être engagés en faveur de la dénucléarisation de la péninsule coréenne, conformément à la volonté de l'ancien président Kim Il Sung et de l'ancien secrétaire général Kim Jong Il."

En vidéo

Rencontre entre Donald Trump et Kim Jong-un : qui l'aurait cru ?

Autre signe de l’apaisement qui a accompagné Kim Jong Un à Pékin : le dictateur a confirmé être prêt à rencontre Donald Trump, le président américain, à l’occasion d’un sommet. Après des mois de menaces de guerre et d’escalade des tensions diplomatiques, l’effort est louable. Une réaction Monsieur Trump ? 

Tout savoir sur

Tout savoir sur

Détente entre la Corée du Nord et les États-Unis

Plus d'articles

Sur le même sujet

Lire et commenter