Corée du Nord : Trump prêt à utiliser l'option militaire "si nécessaire"

FERMETÉ - En visite en Corée du Sud, le chef d'Etat a estimé que la Corée du Nord est une "menace mondiale qui appelle une réponse mondiale", précisant qu'il était prêt à recourir à l'option militaire "si nécessaire".

Donald Trump n'a pas perdu de temps. Aussitôt après avoir posé le pied sur le sol sud-coréen, où il effectue ce mardi une visite, le président des Etats-Unis a annoncé qu'il était prêt à utiliser l'option militaire "si nécessaire" dans le dossier de la Corée du Nord. Des propos à nuancer, puisqu'il a également précisé que des progrès avaient été obtenu.


En présence de son homologue sud-coréen Moon Jae-In, le président américain a réaffirmé lors d'une conférence de presse qu'il était prêt à utiliser la pleine puissance de l'armée américaine pour empêcher la Corée du Nord d'atteindre ses objectifs nucléaire et balistique. Mais il s'est aussi montré conciliant : "Il fait sens que la Corée du Nord vienne à la table pour obtenir un accord qui soit bon pour les Nord-Coréens et le monde." Pyongyang représente "une menace mondiale qui appelle une action mondiale", a-t-il réaffirmé, tout en confiant voir "certaines choses bouger".


"Je pense que nous faisons beaucoup de progrès", a-t-il poursuivi sans donner de précision, mais en affirmant que son homologue chinois Xi Jinping -qu'il ira rencontrer dans son pays après son étape sud-coréenne- avait "été vraiment très, très utile".

En vidéo

EXCLUSIF- Les camps de jeunesse de Corée du Nord

La première visite officielle en Corée du Sud, jusqu'à mercredi, du président américain intervient après des mois de dégradation continue de la situation sur la péninsule. En cause l'intensification des programmes militaires de Pyongyang, qui a réalisé en septembre son sixième essai nucléaire -le plus puissant à ce jour- et testé plusieurs missiles potentiellement susceptibles d'atteindre le territoire américain.  La surenchère verbale et des échanges d'insultes entre le président américain et le dirigeant nord-coréen Kim Jong-Un ont également contribué à la montée des tensions.


La Corée du Sud n'en a pas moins déroulé le tapis rouge pour M. Trump. L'enjeu, pour Séoul, est d'obtenir des assurances sur la solidité de l'alliance bilatérale, en dépit de la personnalité d'un président américain qui avait promis "le feu et la colère" à Pyongyang. La population sud-coréenne est divisée face à Donald Trump, qui est l'objet de manifestations de sympathie et de défiance depuis ce week-end à Séoul. "Les Coréens ont beau être calmes au sujet de la guerre des mots entre Trump et Kim, nous chérissons nos vies autant que les Américains chérissent la leur et la perspective d'une guerre nous effraie", observait mardi dans un éditorial le Korea Times.

Tout savoir sur

Tout savoir sur

Escalade entre Donald Trump et Kim Jong-Un

Plus d'articles

Sur le même sujet