Corée du Nord : Kim Jong-un a ordonné plus de tirs de missiles en huit mois que son père durant toute sa vie

International
DÉFENSE – Le dirigeant nord-coréen multiplie les provocations dans les airs depuis le début de l'année. Avec 18 essais balistiques effectués, Kim Jong-un a d'ores et déjà ordonné d'avantage de tirs que son père durant son passage au pouvoir.

Quand le fils dépasse le père. Selon le décompte effectué par le site Quartz, Kim Jong-un a effectué plus de tirs de missiles depuis le début de l'année 2017 - 18 au total - que Kim Jong-il durant ses 17 années à la tête du pays - 16 tirs en tout. Une ambition militaire qui ne semble pas prête de s'arrêter, le dirigeant nord-coréen ayant assuré que le tir de mardi, condamné unanimement à l'ONU, ne constituait qu'un "lever de rideau".


Comme le rappelle le site Quartz, le premier essai remonte à l'année 1998. Cette année là, au mois d'août, le régime de Kim Jong-il effectue le lancement d'un Taepodong-1 au-dessus du Japon. Pyongyang dit avoir voulu mettre un satellite en orbite, les Etats-Unis disent que c'est un missile. Une victoire pour la Corée du Nord, qui planche dessus depuis la fin des années 1980. Après un moratoire qui durera six ans, le régime relance ses essais. Sept missiles sont ainsi tirés en 2006. D'autres suivront, en 2009 et en 2012 par exemple.

En vidéo

Missile nord-coréen : les Japonais réveillés par des sirènes d'alerte

Kim Jong-un hilare

Dès son arrivée au pouvoir en décembre 2011, Kim Jong-un prend la relève de son père. Avec vigueur : depuis qu'il a pris les rênes du pays, il y a eu plus de 80 essais en tout genre. Les provocations se multiplient au fil des ans, avant de culminer depuis le début de l'année. Selon le chercheur Antoine Bondaz contacté par l'Obs, le dirigeant multiplie également les essais sur divers théâtres : "Kim Jong-il, c’est deux zones de lancement en quinze ans. Kim Jong-un, c’est plus d’une douzaine en cinq ans."


Rien ne semble donc intimider la Corée du Nord. Et ce, même si la tension a atteint des sommets ces dernières semaines, après deux tirs par Pyongyang de missiles balistiques intercontinentaux (ICBM) qui mettent apparemment une bonne partie du continent américain à sa portée. Mardi, Donald Trump a averti que "toutes les options" étaient sur la table. Dans la foulée, le tir nord-coréen a été condamné "fermement" par le Conseil de sécurité de l'ONU. Pas sûr que cela suffise à intimider le dirigeant nord-coréen : le Rodong Sinmun, organe du parti unique au pouvoir en Corée du Nord, a publié mercredi une vingtaine de photos du tir, dont une montrant Kim Jong-Un hilare entouré de ses conseillers, une carte du Nord-Ouest du Pacifique posée sur son bureau.

Tout savoir sur

Tout savoir sur

Corée du Nord-États-Unis : sommet historique entre Kim Jong-un et Trump

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter