Corée du Nord : Kim Jong-un annonce la fin des essais nucléaires et des tirs de missiles balistiques

DÉTENTE – Citant KCNA, organe officiel du régime de Kim Jong-un, l'agence de presse sud-coréenne Yonhap a affirmé que Pyongyang allait cesser ses essais nucléaires et ses tirs de missiles balistiques. À l'approche du sommet prévu avec Donald Trump, la Corée du Nord se dit aussi prête à démanteler l'un de ses sites jugés sensibles.

Les signes de détente se font de plus en plus explicites. À une semaine d'un sommet entre le président sud-coréen Moon Jae-in et le dictateur nord-coréen Kim Jong-un, qui préfigure un sommet historique qui devrait avoir lieu entre ce dernier et le président américain Donald Trump fin mai-début juin, Pyongyang semble vouloir montrer des signes de bonne volonté. Une décision aussitôt saluée par Washington et Séoul mais accueillie avec une certaine prudence par Tokyo.


Après l'ouverture d'un téléphone rouge entre les deux dirigeants de la péninsule ce vendredi, l'agence de presse sud-coréenne Yonhap, qui cite l'organe officiel du régime communiste, KCNA, a affirmé dans la soirée que Pyongyang s'apprête à cesser d'effectuer des essais nucléaires et des tirs de missiles balistiques. "À partir du 21 avril, la Corée du Nord va cesser ses essais nucléaires et les lancements de missiles balistiques intercontinentaux", écrit l'agence nord-coréenne. "Le nord va fermer un site d'essais nucléaires dans le nord du pays afin de prouver son engagement à suspendre les essais nucléaires."

"Le travail pour installer des ogives nucléaires sur des missiles balistiques est terminé", a ajouté KCNA, citant le dirigeant nord-coréen, qui n'a toutefois pas évoqué le développement de son arsenal, qualifiée "d'épée chérie" protégeant le pays.

En vidéo

Le régime nord-coréen est-il vraiment prêt à renoncer à la bombe ?

Trump se félicite, Tokyo maintient la pression

Dans la foulée, le président américain Donald Trump a salué l'annonce de Kim Jong-un, y voyant "une très bonne nouvelle pour la Corée du Nord et le monde". "Grand progrès ! Hâte de participer à notre sommet", a-t-il ajouté dans un message posté sur Twitter. De son côté, Séoul s'est empressé de saluer un "progrès significatif pour la dénucléarisation de la péninsule coréenne, que le monde attend". La présidence sud-coréenne s'est félicitée de "l'environnement très positif pour les sommets à venir (...)", que la décision de Pyongyang "va créer". Le chef du gouvernement japonais Shinzo Abe a salué l'annonce nord-coréenne, "mais le point important est de savoir si cette décision conduira à l'abandon complet du développement nucléaire et celui des missiles, d'une façon vérifiable et irréversible", a-t-il dit. "Nous allons surveiller cela de près".

Le Nord, qui a tiré l'année dernière des missiles balistiques intercontinentaux capables d'atteindre le territoire continental des Etats-Unis et mené son plus puissant essai nucléaire à ce jour, disait de longue date avoir besoin de l'arme atomique pour se protéger d'une invasion américaine. Pyongyang a depuis proposé de négocier sur le sujet en échange de garanties pour sa sécurité.Donald Trump avait prévenu mercredi qu'il n'hésiterait pas à abandonner la rencontre prévue avec Kim Jong-un, si elle n'était pas "fructueuse". "Une voie prometteuse est ouverte pour la Corée du Nord si elle accomplit une dénucléarisation complète, vérifiable et irréversible", avait-il déclaré. Pour l'instant, le leader nord-coréen tient ses engagements.

Tout savoir sur

Tout savoir sur

Corée du Nord-États-Unis : sommet historique entre Kim Jong-un et Trump

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter