Corée du Nord (7/10) - Kim Jong-Un est-il "fou" ?

LA CORÉE DU NORD, EPISODE 7/10 - A quoi joue Kim Jong-Un ? En multipliant ses essais militaires au fil des mois, le régime de Pyongyang est devenu un "Etat voyou", selon Donald Trump. Les deux hommes se livrent depuis à une joute verbale aux conséquences imprévisibles. Une crise que LCI vous aide à décrypter à travers une série d'articles. Aujourd'hui, zoom sur la prétendue folie du leader nord-coréen, souvent invoquée par ses adversaires.

"Kim Jong-Un de Corée du Nord, clairement un fou qui ne craint pas d'affamer et de tuer son peuple, va être mis à l'épreuve comme jamais ! ". En septembre, alors que la surenchère verbale culmine entre les Etats-Unis et la Corée du Nord, Donald Trump pointe du doigt via Twitter la démence de son homologue, qu'il surnomme volontiers "Little rocket man". Une folie qui revient souvent dans la bouche de ses opposants. A juste titre ?


Pas vraiment, si l'on en croit… la CIA. "Au-delà des fanfaronnades, Kim Jong-Un est une personne rationnelle", a insisté le 23 septembre Yong Suk Lee, sous-directeur adjoint en charge de la Corée du Nord au sein de la plus célèbre agence de renseignement  américaine. Et l'expert d'ajouter durant une conférence publique organisée à Washington : "Aux Etats-Unis, s on tend à sous-estimer son instint de survie (…) Il veut gouverner pendant très longtemps et mourir dans son lit".

En vidéo

Corée du Nord : images exclusives des célébrations du régime à Pyongyang

"Kim Jong-Un est tout sauf fou !"

Pour Yong Suk Lee, les leaders de la Corée du Nord "jouent" de l'Histoire du régime, lequel a l'habitude d'être sur la défensive. "La Corée du Nord s'épanouit grâce à l'affrontement" avec les autres puissances, détaille-t-il pour expliquer les choix du leader.  L'expert en est convaincu : la rhétorique belliqueuse du dictateur et sa volonté de défendre à tout prix le programme nucléaire développé par son pays "ne signifie pas qu'il prendra la décision, irrationnelle, de frapper les Etats-Unis avec une arme nucléaire. "Se réveiller et décider de lancer une bombe atomique sur Los Angeles n'est pas dans son intérêt s'il veut survivre", résume Yong Suk Lee.

"Il est tout sauf fou !", rénchérit Antoine Bondaz. Selon le spécialiste de la Chine et de la Corée du Nord à la Fondation pour la recherche stratégique (FRS), le dirigeant serait en effet un fin tacticien : "Son régime est pragmatique, rationnel. C'est juste qu'il n'a pas les mêmes valeurs que nous ni la même éthique. Pour Pascal Dayez Burgeon, directeur adjoint de l’Institut des sciences de la communication du CNRS, les choix du dirigeant et ses envolées lyriques ne doivent rien au hasard : "Tout ce que veut la Corée du Nord, c'est qu'on parle d'elle. Elle sur-joue dans tous les domaines : sur la misère en prétendant qu'ils vont tous mourir, dans le bizarre, dans l'agressivité avec ce côté "on va détruire la planète", etc…"


Toujours selon Pascal Dayez Burgeon, lui-même familier de la Corée puisqu’il y a été diplomate de 2001 à 2006, les spéculations sur la démence du dictateur s'expliquent également par le secret qui entoure le régime, objet de tous les fantasmes.

En vidéo

10 infos étonnantes sur la Corée du Nord

Retrouvez tous les articles de notre série sur cette page

Tout savoir sur

Tout savoir sur

Escalade entre Donald Trump et Kim Jong-Un

Plus d'articles

Sur le même sujet