Corée du Nord (3/10) - Outre l'arme nucléaire, la Corée est-elle vraiment une puissance militaire ?

LA COREE DU NORD, EPISODE 3/10 - A quoi joue Kim Jong-Un ? En multipliant ses essais militaires au fil des mois, Pyongyang est devenu un "Etat voyou", selon Donald Trump. Les deux hommes se livrent depuis à une joute verbale aux conséquences imprévisibles. Une crise que LCI vous aide à décrypter à travers une série d'articles. Ici, zoom sur l'armée nord-coréenne, acteur incontournable et pilier du régime.

C'est devenu un rituel. A la moindre occasion, le régime nord-coréen déploie avec fastes son armée dans les rues de Pyongyang, véritable instrument de propagande. Reste à savoir si, derrière les chars et les milliers de militaires marchant au pas, l'arsenal du régime a de quoi faire pâlir d'envie la communauté internationale.


Si les chiffres sont à prendre avec des pincettes dès qu'il s'agit de la Corée du Nord et son culte du secret, son arsenal serait considérable. En 2015, le Center for Strategic & International Studies évaluait entre 3 500 et 4 200 le nombre de chars d’assaut du régime. A titre de comparaison, les Américains disposent eux de 2 300 à 2 800 unités, tandis que la France en possède 200, selon le ministère de la Défense. La Corée du Nord aurait également environ 70 sous-marins, ce qui la positionne au niveau des Etats-Unis et largement devant la France, qui en a 10. 

"Le slogan 'L'armée d'abord' de Kim Jong-Il n'a jamais été aboli"

Reste à savoir dans quel état se trouve tout ce matériel. "Certes, ils ont beaucoup de chars... sauf qu'ils ne fonctionnent pas. D'un point de vue qualitatif, c'est extrêmement limité", relève pour LCI Antoine Bondaz, spécialiste de la Corée du Nord à la Fondation pour la recherche stratégique (FRS).  Un armement obsolète qui explique, en partie, la volonté de Pyongyang de développer son nucléaire. Antoine Bondaz : "Comprenant que sur le plan conventionnel il y a une asymétrie totale, la Corée du Nord a choisi de développer des capacités asymétriques : le nucléaire, le balistique, les forces spéciales, la chimie… Cela coûte moins cher que d'essayer d'atteindre le niveau ne serait ce que celui de la Corée du Sud, avec des armes conventionnelles." On sait en revanche que l’armée constitue une priorité pour le régime. Selon un dossier publié en 2016 dans la revue Défense et sécurité internationale, le pays investirait entre 20 et 30% de son PIB dans la défense, soit entre 8 et 15 milliards de dollars (entre 6 et 12 milliards d'euros).


Au-delà de l'aspect matériel, c'est également par ses moyens humains que la Corée du Nord impressionne. "C’est une armée énorme, le chiffre de 1,2 million de militaires est souvent avancé, sachant que la population est de 25 millions de personnes", explique à LCI Pascal Dayez-Burgeon,  agrégé d’histoire. Et ce spécialiste des deux Corées - auxquelles il a consacré plusieurs ouvrages - d'ajouter : "L'armée repose sur un service militaire très long, autant pour les femmes que les hommes. Chaque nord-coréen "doit" sept ans à l'Etat. N'oublions pas que c'est une dictature militaire, le slogan l'armée d'abord de Kim Jong Il n'a jamais été aboli." En outre, entre 5 et 7 millions de réservistes se tiendraient prêts à rejoindre les rangs nord-coréens, dont bon nombre de civils, en cas de conflit ouvert.


Preuve de l'importance politique de l'armée en Corée du Nord, l'intronisation de Kim Jong-Un en 2012 s'était déroulée devant une foule de soldats. Une présence ostensible soulignant le pouvoir accordé aux militaires depuis le lancement de la politique du "songun" ("l'armée d'abord") dans les années 1990. Décidée par Kim Jong-Il, cette stratégie visait à assurer la survie du régime confronté à de sévères difficultés économiques après la chute de l'URSS, quitte à rogner sur les prérogatives du Parti des Travailleurs de Corée, le parti unique du pays. Une stratégie qui, en outre, a entrainé la mobilisation du "meilleur" de la nation au profit d'une armée défendant la patrie officiellement menacée de toutes parts. Vivres, énergie, matériel, les militaires ont ainsi continué de recevoir de l'approvisionnement aux pires temps des famines qui ont ravagé le pays, faisant des centaines de milliers de morts. Aujourd'hui encore, le peuple ne mange pas toujours à sa faim dans les villes secondaires et les campagnes. Mais l'armée elle, si.

En vidéo

10 infos étonnantes sur la Corée du Nord

Tout savoir sur

Tout savoir sur

Escalade entre Donald Trump et Kim Jong-Un

Plus d'articles

Sur le même sujet