Corée du Nord : Pyongyang annonce un nouveau "test crucial", reprise du bras de fer avec Washington

Corée du Nord : Pyongyang annonce un nouveau "test crucial", reprise du bras de fer avec Washington
International

Toute L'info sur

Corée du Nord-États-Unis : sommet historique entre Kim Jong-un et Trump

DIPLOMATIE - La Corée du Nord a réalisé un nouveau "test crucial" sur son site de lancement de satellites de Sohae, a rapporté samedi l'agence officielle KCNA. Celui-ci intervient au moment où les négociations avec Washington sont dans l'impasse.

Nouvel avis de tempête dans les relations entre Washington et Pyongyang. La Corée du Nord a réalisé un nouveau "test crucial" sur un site de lancement de satellites. Tout sauf un hasard du calendrier : ce "test" s'est déroulé à la veille de l'arrivée à Séoul de l'émissaire des Etats-Unis, lequel va tenter de relancer des discussions au point mort après l'embellie de ces derniers mois.

L'agence officielle KCNA, qui révélé l'information, n'a fourni aucun autre détail sur le test, se contentant de préciser que ces succès en matière de recherche" seront "appliqués pour améliorer encore la dissuasion nucléaire stratégique fiable" de la Corée du Nord. Samedi, le chef d'état-major Pak Jon Chon avait été moins évasif, assurant que les tests récents auxquels procédait le régime lui servaient à développer de nouvelles technologies et des armes stratégiques. Un objectif militaire, mais aussi diplomatique : frustré par le maintien des sanctions malgré trois sommets depuis juin 2018 avec le président américain Donald Trump, Pyongyang a fixé un ultimatum à Washington pour la fin de l'année et lui a récemment promis un "cadeau de Noël" faute de progrès. D'où la multiplication des essais, à l'heure où l'ultimatum entre dans sa phase finale.

Lire aussi

Donald Trump, "un vieillard dépourvu de patience"

Le choix du lieu pour ce test n'est d'ailleurs pas anodin : situé sur la côte nord-ouest de la Corée du Nord, le site de Sohae a été au cœur de la diplomatie à trois entre Pyongyang, Séoul et Washington depuis plus d'un an. Les Nord-Coréens l'ont utilisé pour plusieurs lancers de fusées condamnés par la communauté internationale qui dénonce des entraînements au tir de missiles à longue portée. C'est aussi depuis ce complexe que Pyongyang avait mené la semaine dernière un "test très important", censé changer le "statut stratégique" du pays. 

Retour des menaces, tests militaires… Si Pyongyang joue à nouveau les gros bras, c'est que les négociations avec Washington sont au point mort depuis l'échec du sommet de Hanoï en février. A l'approche de la date limite qu'elle a fixée pour la fin de l'année, la Corée du Nord multiplie ainsi les déclarations péremptoires. Cette semaine, elle a qualifié d'"insensée" la convocation par Washington d'une réunion du Conseil de sécurité à propos des inquiétudes sur la multiplication ces derniers mois de tirs nord-coréens de missiles à courte et moyenne portée.

Ces derniers jours, le pouvoir nord-coréen s'en est pris directement à Donald Trump, pour la première fois depuis les tensions de 2017. Kim Yong Chol, un très haut responsable de Pyongyang en première ligne dans les négociations jusqu'en début d'année, a raillé lundi le "bluff" de Donald Trump, traitant le président américain, de "vieillard dépourvu de patience" et menacé d'un retour à la guerre des mots. En 2017, Kim Jong Un avait qualifié Donald Trump de "gâteux".

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent