Corée du Nord (4/10) : qui sont Kim Jong-Chul et Kim Yo-Jong, le frère et la sœur de Kim Jong-Un ?

LA COREE DU NORD, EPISODE 4/10 - A quoi joue Kim Jong-Un ? En multipliant ses essais militaires au fil des mois, le régime de Pyongyang est devenu un "Etat voyou", selon Donald Trump. Les deux hommes se livrent depuis à une joute verbale aux conséquences imprévisibles. Une crise que LCI vous aide à décrypter à travers une série d'articles. Zoom sur le frère et la sœur du dictateur, aux rôles diamétralement opposés dans l'unique dynastie communiste de la planète.

Le pouvoir, une affaire de famille en Corée du Nord. Début octobre, Kim Yo-Jong est devenue la femme la plus puissante du pays après que son frère Kim Jong-Un l'a promue au bureau politique du Parti unique. Une consécration qui n'est pas sans rappeler d'autres épisodes de la dynastie Kim, qui règne sans partage dans l'enclave communiste depuis 1948.


Kim Yo-Jong est devenue début octobre membre suppléante du bureau politique du comité central du Parti des travailleurs de Corée, l'instance de prise de décision présidée par son frère. Une promotion guère surprenante : la jeune femme, qui approche la trentaine, s'est montrée à plusieurs reprises au côté de son frère lors d'événements politiques et de "visites d'orientation sur le terrain". Elle joue également un rôle dans le département de la propagande du parti. Un département considéré comme la "voie royal" pour accéder aux plus hautes instances en Corée du Nord, estime Pascal Dayez-Burgeon, agrégé d’histoire et spécialiste des deux Corées : "Sa nomination est dans l'ordre des choses. Elle a d'ailleurs été promue l'an passé au rang de grand colonel." 

"La monarchie a besoin de s'appuyer sur les membres de la famille"

Selon le spécialiste, la montée en grade de Kim Yo-Song "accentue la forme monarchique du régime, qui a par définition besoin de s’appuyer sur les membres de la famille. Or, il n’y en a pas tant que cela… Pour rappel, Kim Jong-Un a fait éliminer son oncle puis son demi-frère." Esseulé au sommet du pouvoir, on comprend mieux que le leader nord-coréen a trouvé auprès d'elle un soutien de poids. En outre, dans une histoire familiale compliquée par les divers mariages de leur père Kim Jong-Il, Kim Jong-Un et Kim Yo-Song partagent la même mère, l'ancienne danseuse Ko Yong Hui.


Comme son frère, Yo-Jong a effectué ses études en Suisse. Selon le site Express, une employée de l'école de Berne, où la jeune fille était scolarisée, raconte que Kim Yo-Jong était "surprotégée" par «plusieurs femmes» qui l'accompagnaient sans cesse. Elle fait sa première apparition officielle dans les médias nord-coréens en 2009, en accompagnant son père en visite dans une université agronomique. Elle est ensuite une figure récurrente de l'entourage de Kim Jong-Il jusqu'à la mort de celui-ci en décembre 2011. Sur les photos des obsèques, elle est en bonne place, au côté de son frère, relayant au second rang leurs deux autres frères : Jong-Nam et Jong-Chul.

En vidéo

Exclusif : les camps de jeunesse de Corée du Nord

Jong-Chul, trop "efféminé" pour succéder à son père

Le premier, Kim Jong-Nam, a un temps été vu comme le favori mais semble être tombé en disgrâce en 2001, après avoir été expulsé du Japon où il était entré muni d'un faux passeport. Il sera assassiné en 2017 par son propre frère. Les portes du pouvoir se refermeront également pour Jong-Chul : Kenji Fujimoto, un ancien cuisinier japonais du leader nord-coréen a rapporté dans ses mémoires que Kim Jong-Il considérait son autre fils "trop efféminé" pour pouvoir lui succéder. Mais sur ce dernier, peu d'informations circulent. Tout juste sait-on qu'il a 36 ans, et qu'il a étudié dans la même école que son dictateur de frère en Suisse. 

Seule membre du clan à avoir une place aux côtés du leader nord-coréen, Kim Yo-Jong devrait voir sa place s'accroitre ces prochaines années. Les spéculations vont même bon train sur le fait que Yo-Jong se prépare à jouer un rôle de soutien équivalent à celui de sa tante, Kim Kyong-Hui, l'épouse de Jang Song-Thaek, autrefois très puissante. Pendant des décennies, Kim Kyong-Hui fut en effet une proche collaboratrice de son frère, le dirigeant défunt Kim Jong-Il, occupant des fonctions de premier plan au sein du parti et devenant en 2010 générale quatre étoiles.

En vidéo

10 infos étonnantes sur la Corée du Nord

Tout savoir sur

Tout savoir sur

Escalade entre Donald Trump et Kim Jong-Un

Plus d'articles

Sur le même sujet